Pension : la moyenne de 1.200 euros cache de fortes inégalités

27/04/10 à 17:24 - Mise à jour à 17:24

Source: Trends-Tendances

Si la pension moyenne pointe à 1.200 euros, il existe de fortes inégalités en matière de montant de pension, selon que le pensionné est un homme ou une femme, a travaillé dans le secteur public ou privé ou a combiné plusieurs statuts au cours de sa carrière, avance l'Institut de développement durable.

Pension : la moyenne de 1.200 euros cache de fortes inégalités

© Thinkstock

Le montant de la pension moyenne est de 1.200 euros en Belgique alors que beaucoup d'observateurs estiment ce montant à environ 1.000 euros. Toutefois, il existe de fortes disparités entre les pensions entre hommes et femmes, ex-travailleurs du public ou du privé, selon la note Eclairer le débat sur les pensions: une urgence de l'Institut de développement durable (IDR).

Si le montant de 1.200 euros est une moyenne, il existe de fortes inégalités en matière de montant de pension, selon que le pensionné est un homme ou une femme, a travaillé dans le secteur public ou privé ou a combiné plusieurs statuts au cours de sa carrière. Par ailleurs, relève l'IDR, 20 % des pensionnés vivent sous le seuil de pauvreté en Belgique. "La problématique des inégalités devrait prendre le pas sur le question de la pension moyenne", estime donc l'institut.

L'âge moyen de la retraite des 55-65 ans se situe désormais au-dessus de la moyenne européenne à plus de 61 ans et le taux d'emploi des séniors est proche de 35 % alors qu'il n'était que de 22 % en 1997.

"Ces évolutions n'ont pas grand chose à voir avec le pacte des générations : elles résultent pour l'essentiel de dynamiques sociodémographiques à l'oeuvre depuis longtemps. Dans les années à venir, le vieillissement démographique ne sera pas d'un grand secours pour réduire le chômage. L'augmentation tendancielle de l'offre de travail, exprimée en heures de travail des 55-64 ans, suffira à faire correspondre la croissance de l'offre de travail (exprimée en heures) avec celle de la demande jusqu'en 2020 environ, sans pour autant faire travailler tous les travailleurs âgés jusqu'à 65 ans et en tenant compte de la plus grande proportion de travailleurs à temps partiel. Ces évolutions annoncent donc le maintien d'un chômage massif pour de nombreuses années encore."

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires