Pension : l'Etat roule-t-il pour les syndicats ?

14/02/12 à 16:18 - Mise à jour à 16:18

Source: Trends-Tendances

La concertation entre les partenaires sociaux et le gouvernement sur le dossier des pensions tournerait-il à l'avantage des syndicats ? C'est l'avis - tranché - de l'UCM. Les syndicats, eux, évoquent de simples "avancées"... tout comme la FEB. Tous soulignent l'ampleur du chemin à parcourir.

Pension : l'Etat roule-t-il pour les syndicats ?

© Reuters

Pension : "Le gouvernement fait la part belle aux revendications des syndicats !" (UCM)

Le gouvernement fait la part belle aux revendications des syndicats en matière de pension, a réagi l'Union des classes moyennes après une entrevue du "Groupe des dix", dont l'UCM fait partie, avec le gouvernement mardi matin.

Le gouvernement a annoncé aux partenaires sociaux une série d'aménagements aux décisions prises en matière de pension et de fin de carrière. Les corrections vont surtout dans le sens voulu par les syndicats, dénonce l'UCM dans un communiqué : "Certaines corrections sont tout simplement logiques. D'autres sont plus difficiles à accepter pour les employeurs, comme l'extension de l'obligation de remplacement pour les prépensions ou les règles des crédits-temps, pratiquement ingérables dans les PME."

L'UCM dit espérer que les concessions faites aux syndicats signifient la fin de l'agitation sociale. "Elles atténuent l'effet budgétaire de certaines mesures et augmentent donc le montant à trouver lors du prochain ajustement pour équilibrer les comptes de l'Etat. Il serait inacceptable que ce supplément de déficit soit comblé par des mesures qui touchent les indépendants et les PME. C'est plus que jamais du côté des dépenses publiques qu'il faut porter les efforts. Pour les entrepreneurs, la barque est pleine !"

L'Union des classes moyennes rappelle au gouvernement "ses engagements" : "Pour relancer l'emploi, il est impératif de supprimer ou de réduire fortement les cotisations patronales sur les trois premiers emplois. L'effet retour est garanti. La promesse de réduire de 30 % les charges administratives des entreprises doit être tenue au plus vite. Le chantier doit s'ouvrir. Enfin, pour encourager la prise de risque et l'entrepreneuriat, il faut poursuivre l'amélioration du statut social des indépendants et en particulier aligner le montant des pensions de retraite sur les minima des salariés."

Pension : les syndicats évoquent des "avancées" sur les réformes prévues

Les syndicats n'ont pas pour autant adopté un ton triomphal, se contentant d'évoquer des "avancées" dans la concertation relative aux dossiers de la réforme des pensions et de l'emploi, mardi midi à l'issue d'une réunion de plus de deux heures, au Lambermont, entre les partenaires sociaux et le gouvernement fédéral.

"Nous avons eu un échange positif, une série d'avancées ont été faites", a déclaré à la sortie de la réunion Claude Rolin, secrétaire général de la CSC, estimant que la concertation allait se poursuivre. "Cela va dans la bonne direction", a confirmé Marc Leemans, président du syndicat chrétien.

"Nos mobilisations ont porté leurs fruits, les premiers résultats tombent, a estimé de son côté Anne Demelenne, secrétaire générale de la FGTB. On est loin d'être au bout de nos peines, notamment pour ce qui concerne le secteur public, mais on avance. Nous serons extrêmement vigilants lors du prochain contrôle budgétaire." Rudy De Leeuw, président du syndicat socialiste, a précisé que le comité fédéral de la FGTB doit maintenant se prononcer.

Les syndicats ont par ailleurs souligné l'importance de la relance économique et le rôle de la concertation sociale à cet égard. Selon Claude Rolin, "il est important qu'on travaille à la relance le plus rapidement possible".

Pension : "Il y a eu des pas dans notre direction" (FEB)

Du côté patronal, où l'on avait fait savoir que les adaptations à la réforme des pensions concédées par le gouvernement étaient "déséquilibrées", "tant du point de vue des mesures que de l'impact budgétaire", on s'est montré prudent à l'issue de la réunion avec le gouvernement.

"On a encore certaines préoccupations, certains soucis, mais le gouvernement nous a écoutés, il y a eu des pas dans notre direction", a déclaré Rudy Thomaes, administrateur délégué de la Fédération des entreprises de Belgique.

Karel Van Eetvelt, président de l'organisation flamande d'indépendants Unizo, s'est quant à lui montré moins négatif à la sortie de la réunion qu'avant celle-ci, soulignant lui aussi l'écoute du gouvernement. En arrivant au Lambermont, il avait en effet laissé entendre que ce qui était sur la table était "inacceptable" pour son organisation.

Les représentants des employeurs ont encore souligné que certaines mesures, notamment en matière de crédit-temps après l'âge de 50 ans, n'étaient pas applicables sur le terrain dans les entreprises.

Le gouvernement devait tenir une conférence de presse aujourd'hui mardi à 16 h 45 pour expliquer le contenu des réformes en matière de pensions et de marché du travail. La concertation sociale devrait se poursuivre dans les semaines à venir.

Trends.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires