Pension à 62 ans : dès cette année ?

16/12/11 à 10:45 - Mise à jour à 10:45

Source: Trends-Tendances

Le nouveau ministre des Pensions sonne la charge sur les pensions. Vincent Van Quickenborne veut en effet faire approuver dès cette année, par le Parlement, des réformes pour votre retraite. Les syndicats dénoncent de véritables "provocations".

Pension à 62 ans : dès cette année ?

© Image Globe/Nicolas Maeterlinck

Vincent Van Quickenborne, ministre (Open VLD) des Pensions, a annoncé vendredi sa volonté de faire approuver cette année, par le Parlement, un certain nombre de réformes dans ce domaine. Il a expliqué, dans des interviews publiées par les journaux De Tijd et Het Laatste Nieuws, que son but était d'harmoniser le système des pensions, de manière à parvenir à "un seul grand système".

"Il faut désormais oeuvrer à un rapprochement entre le système du secteur public et celui du secteur privé", a justifié le premier ministre libéral à hériter de ce portefeuille depuis plus de 30 ans.

Quelque 60 articles de loi qui préparent la réforme prévue dans la déclaration gouvernementale ont déjà été discutés jeudi en commission de la Chambre. Ils prévoient notamment une augmentation du départ de l'âge à la retraite de 60 à 62 ans, la suppression d'un certain nombre de régimes préférentiels (par exemple, pilotes, stewards, marins et mineurs qui bénéficieront désormais d'une pension complète après 45 ans de carrière et non plus 30 ans pour ceux qui sont âgés de moins de 55 ans), la prolongation progressive de la carrière minimale de 35 à 40 ans en 2015, le renforcement des périodes d'équivalence (chômage, prépension, crédit-temps).

Vincent Van Quickenborne a également annoncé la suppression des avantages accordés aux professeurs et magistrats - leur pension ne sera complète qu'après 36 ans de carrière, contre 16 actuellement - et la prise en compte, pour le calcul des retraites des fonctionnaires, de la moyenne des 10 dernières années au lieu de cinq. La même mesure sera appliquée aux bourgmestres et échevins, qui bénéficient jusqu'ici d'une pension complète après 20 ans.

Le ministre a encore demandé au Parlement d'adapter le même système aux députés et sénateurs, qui bénéficient d'une pension complète après vingt ans, en modifiant le règlement de la Chambre et du Sénat. La pension complémentaire dont bénéficient les journalistes sera enfin supprimée, avec maintien des droits acquis. Pour ceux qui sont âgés de plus de 55 ans, rien ne changera.

Les syndicats ont déjà insisté pour que ces réformes ne soient appliquées que pour les nouveaux arrivants sur le marché du travail. Mais Vincent Van Quickenborne a rejeté cette demande : "Nous respectons les droits acquis. Il n'est donc pas question de rétroactivité. Nos mesures entreront en vigueur au plus tôt le 1er janvier. Les gens ont donc le temps de recevoir les informations nécessaires et une année pour s'adapter."

Réformes des pensions : la FGTB parle de "véritables provocations"

Le "grand système de pensions pour tous les travailleurs", voulu par le ministre des Pensions, est "une véritable provocation par rapport à ce que risquent de perdre une série de catégories de personnes, a réagi vendredi Anne Demelenne, secrétaire générale de la FGTB, interrogée par l'agence Belga. Ce serait une révolution mais pas dans le sens d'une amélioration de la pension légale : plutôt d'une détérioration !"

La FGTB déplore également qu'un certain nombre de projets de loi atterrissent déjà devant la Commission des affaires sociales de la Chambre en vue d'un possible vote, à la Chambre, d'ici la fin de l'année. "Nous sommes pour la concertation mais force est de constater que nous n'avons toujours pas de date de concertation prévue avec le gouvernement..."

La responsable du syndicat socialiste qualifie encore les projets de réforme de Vincent Van Quickenborne de "ruptures de contrat" : "On ne se rend pas compte à quel point on joue avec le feu au niveau social. Il faut arrêter de remettre de l'huile sur le feu alors que la situation est extrêmement préoccupante au niveau social."

Plus tôt cette semaine, le front commun syndical CSC-FGTB-CGSLB avait réclamé une concertation avec le gouvernement fédéral "pour un assainissement plus juste et une politique crédible de création d'emplois de meilleure qualité". Les syndicats ont également annoncé le dépôt d'un préavis de grève conduisant à une grève générale, et/ou des grèves sectorielles, le lundi 30 janvier 2012 au plus tard.

Réformes des pensions : la CGSP menace de mener des actions

Le syndicat socialiste CGSP menace de mener des actions dans l'ensemble du secteur public si le ministre des Pensions persiste dans ses projets de réformes. Le syndicat veut pour lundi 17 h un signal de Vincent Van Quickenborne.

Selon Chris Reniers, secrétaire général au syndicat socialiste, des actions, et plus précisément des grèves, ne sont pas exclues. Le syndicat estime en effet que les projets du ministre des Pensions touchent le secteur public en plein coeur : "Van Quickenborne n'y va pas de main morte. Ses plans sont une pure politique de démolition, sans réflexion sur la sécurisation ou le financement des pensions. C'est antisocial ! Il ne se rend pas compte de la portée de ses projets."

Réforme des pensions : Ecolo combattra cette "véritable tornade sociale"

Ecolo a qualifié vendredi de "véritable tornade sociale" la réforme des pensions annoncée par le ministre libéral Vincent Van Quickenborne. Les Verts critiquent également la méthode, dénonçant le dépôt "à la hussarde" de 49 amendements jeudi en commission des Affaires sociales de la Chambre.

"Ce projet néfaste frappera durement les travailleurs, notamment les femmes, sans résoudre les enjeux du niveau trop bas de nos pensions - particulièrement des pensions les plus basses - de l'avenir du financement du système ou du travail des aînés, ont dénoncé vendredi, dans un communiqué, les députés Georges Gilkinet et Zoé Genot et le chef de groupe au Sénat Jacky Morael, rejoignant l'opinion exprimée par les écologistes flamands de Groen!. Pire, il rompt avec la dynamique de concertation sociale qui prévaut dans notre pays et qui est un facteur de sa prospérité et de sa stabilité."

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires