Peeters: "Les demandeurs d'asile sur le marché du travail quatre mois après leur arrivée"

24/09/15 à 15:23 - Mise à jour à 15:22

Source: Afp

Les demandeurs d'asile auront accès au marché du travail en Belgique quatre mois après leur arrivée dans le pays, soit deux mois de moins que jusqu'ici, a annoncé jeudi le ministre belge de l'Emploi, Kris Peeters, en vantant le sens de "l'initiative", "l'énergie" et la "persévérance" des réfugiés.

Peeters: "Les demandeurs d'asile sur le marché du travail quatre mois après leur arrivée"

Kris Peeters © BELGA

La décision, prise par le gouvernement du Premier ministre Charles Michel, entérine un accord préalablement conclu entre les organisations patronales et les syndicats.

"Quatre mois après leur arrivée et enregistrement en Belgique, les demandeurs d'asile pourront déjà se présenter sur le marché du travail. Jusqu'ici, ce délai était de six mois", a souligné dans un communiqué le ministre, Kris Peeters.

"Les personnes qui fuient la guerre ou la persécution font preuve d'énergie, d'initiative et de persévérance. Nombre d'entre eux ont suivi une formation. Au plus vite ils peuvent se mettre au travail, au mieux ce sera pour leur intégration (...) et de cette façon, ils contribueront aussi à la sécurité sociale", a ajouté le ministre, tête de file des chrétiens-démocrates flamands au sein de la coalition gouvernementale.

"Soit le conflit prend fin, et ils pourront alors mettre leurs talents à profit dans leur propre pays, soit ils restent ici pour une période plus longue, et ils constitueront alors un investissement pour notre société", a expliqué M. Peeters.

Le gouvernement a par ailleurs lancé fin août un appel pour que les 589 communes du royaume proposent des places d'accueil supplémentaires aux réfugiés. Mais seules une centaine d'entre elles "ont montré un intérêt", selon les services du secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Théo Francken, cités dans la presse belge.

La Belgique planche également sur des mesures rendant plus complexe l'accès ou le maintien sur le territoire belge, en durcissant notamment les règles du regroupement familial, ont précisé des ministres à l'issue de leur réunion hebdomadaire.

Nos partenaires