Pas d'Euro 2020 à Bruxelles: 130 à 160 millions de pertes pour l'économie belge

14/12/17 à 09:30 - Mise à jour à 09:30
Du Trends-Tendances du 14/12/17

En perdant son statut de ville hôte de l'Euro 2020, Bruxelles se voit aussi privée de juteuses retombées économiques. Une étude universitaire évalue le manque à gagner entre 130 et 160 millions d'euros pour la Belgique entière.

Pas d'Euro 2020 à Bruxelles: 130 à 160 millions de pertes pour l'économie belge

© PG/BAM-Ghelamco

Bruxelles est définitivement hors-jeu pour les festivités de l'Euro 2020. Devant l'incapacité des autorités belges à boucler à temps l'épineux dossier du stade national, l'UEFA a en effet gommé la ville de l'organisation du prochain championnat d'Europe de football et privé la Région de Bruxelles-Capitale de précieuses rentrées financières.

Si, avec cette décision, la Brussels Hotels Association (BHA) évalue à 240.000 le nombre de nuitées perdues pour le secteur hôtelier, aucune étude sérieuse n'a jamais été brandie en revanche par les différents acteurs du dossier au sujet du vrai manque à gagner pour la Belgique. Pourtant, il existe un mémoire à ce sujet, écrit par un ingénieur de gestion à Solvay et qui porte le titre Bruxelles, ville hôte de l'Euro 2020, une analyse de l'impact économique. Fraîchement diplômé de l'université, Luc Jérôme a obtenu en septembre dernier la grande distinction pour ce travail de 150 pages qui décortique précisément les retombées d'un tel événement pour les 19 communes bruxelloises, mais aussi pour les deux autres Régions du pays.

Rigoureuse, sa démarche repose sur de nombreux indicateurs économiques et passe en revue quatre scénarios jadis probables pour Bruxelles ville hôte, allant de l'organisation de quatre " simples " matchs de l'Euro au scénario le plus ambitieux qui inclut la prise en charge de quatre rencontres dont le prestigieux match d'ouverture, mais aussi l'accueil du centre de presse international pour ce tournoi censé se jouer dans une dizaine de pays européens.

Un sérieux manque à gagner

Sans entrer ici dans les détails de l'étude, on retiendra que le mémoire de Luc Jérôme évalue l'impact direct des retombées économiques (frais d'organisation et dépenses touristiques dans l'horeca) entre 77 millions et 95 millions d'euros selon les scénarios minimaliste et maximaliste. A cela s'ajoute un impact indirect sur l'économie du pays - calculé grâce à un multiplicateur du Bureau fédéral du Plan - que le diplômé de Solvay évalue entre 53 millions et 66 millions d'euros. Bref, au total, le manque à gagner qui résulte de l'annulation de l'Euro 2020 à Bruxelles est évalué à un montant situé entre 130 et 160 millions d'euros, auquel il convient d'ajouter encore 5 millions de TVA qui n'arriveront pas dans les caisses de l'Etat.

Méticuleux, le travail de Luc Jérôme pointe surtout le fait que cette enveloppe financière n'est pas uniquement destinée à la Région de Bruxelles-Capitale. Dans le montant qui fusionne les impacts directs et indirects de la compétition sportive sur l'économie belge, l'auteur ventile en effet les retombées par Région et arrive à la conclusion selon laquelle l'Euro 2020 aurait rapporté, selon les scénarios, entre 100 et 123 millions d'euros à la Région de Bruxelles-Capitale, entre 22 et 28 millions à la Région flamande et entre 7,5 et 9,5 millions à la Région wallonne. " Mon mémoire démontre que l'impact économique ne concernait pas uniquement Bruxelles et sa région, mais rejaillissait également sur la Flandre et la Wallonie, conclut Luc Jérôme. Personnellement, je déplore que le dossier du stade national ait été bloqué car, au-delà du manque à gagner, c'est la crédibilité internationale de la Belgique toute entière qui en a pris un coup avec cette décision de l'UEFA. "

Et on ne parlera même pas des 760 à 920 emplois qu'aurait momentanément généré l'Euro 2020 sur notre territoire...

Nos partenaires