Paradis fiscaux : 5 nouveaux "mauvais élèves" désignés par l'OCDE

28/01/11 à 14:30 - Mise à jour à 14:30

Source: Trends-Tendances

La Barbade, les Seychelles, Saint-Marin et Trinité-et-Tobago, "ne respectent pas les standards internationaux" en matière de transparence et d'échange d'informations fiscales. Quant à l'île Maurice, son évaluation "montre qu'il existe des éléments manquants dans son cadre légal".

Paradis fiscaux : 5 nouveaux "mauvais élèves" désignés par l'OCDE

© Thinkstock

Cinq nouveaux pays, dont l'île Maurice, les Seychelles et Saint-Marin, n'ont pas réussi le premier examen du forum mondial sur les paradis fiscaux, chargé d'évaluer les lois et les pratiques des Etats, a annoncé l'Organisation de coopération et de développement économiques vendredi.

Après une première vague de huit rapports en septembre, le Forum mondial pour la transparence et l'échange de renseignements à des fins fiscales, qui regroupe 94 pays chargés de s'évaluer entre eux pour désigner les bons et mauvais élèves, a publié les résultats pour 10 nouveaux Etats.

Pour les cinq premiers, ce forum, constitué sous la houlette de l'OCDE, devait examiner uniquement le cadre juridique et réglementaire. Résultat : quatre d'entre eux, la Barbade, les Seychelles, Saint-Marin et Trinité-et-Tobago, "ne respectent pas les standards internationaux et devront mettre en oeuvre les recommandations faites dans leur rapport avant de passer à la prochaine phase de leur évaluation", souligne l'organisation. Le forum a toutefois noté que Saint-Marin avait récemment adopté "une importante législation", promettant de l'examiner.

Parmi ces cinq territoires, seule l'île anglo-normande de Guernesey s'est dotée d'un "cadre légal satisfaisant".

Cinq autres pays étaient évalués pour leur cadre juridique mais aussi pour l'application effective des critères internationaux. Parmi eux, un mauvais élève : l'île Maurice. Son évaluation "montre qu'il existe des éléments manquants dans son cadre légal, comme les informations sur la comptabilité de certaines sociétés offshore", affirme le forum mondial. De la même manière, "l'examen des pratiques à Maurice montre qu'il y a une marge d'amélioration".

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires