Panama papers: travaux à nouveau suspendus, faute de combattants

16/10/17 à 14:58 - Mise à jour à 18:13

Source: Belga

Après un premier report ce lundi matin, les travaux de la commission spéciale de la Chambre consacrée aux Panama Papers ont à nouveau été suspendus en fin d'après-midi, plusieurs parlementaires de la majorité devant quitter la séance, au grand dam de son président Ahmed Laaouej (PS).

Panama papers: travaux à nouveau suspendus, faute de combattants

Ahmed Laaouej © Belga

Une nouvelle réunion devrait être programmée la semaine prochaine, mardi ou mercredi.

"Cette situation, alors que la séance de ce lundi était prévue de longue date, montre bien le 'je m'en foutisme' de la majorité qui, en matière de lutte contre la fraude fiscale, a décidé de ne rien faire", a-t-il regretté en pointant par ailleurs la "fracture idéologique" qui divise la commission.

"Quand on dit pour plaisanter que pour supprimer la fraude fiscale, il suffit de supprimer l'impôt, certains membres de la majorité s'y retrouvent vraiment", a poursuivi Ahmed Laaouej tout en rappelant que l'opposition, tous partis confondus, a déposé une centaine d'amendements au texte déposé mi-septembre par l'Open VLD, le CD&V, la N-VA et le MR.

La quasi-totalité d'entre eux ont purement et simplement été balayés par la majorité, celle-ci ne cédant, jusqu'à l'absurde, que des miettes aux socialistes et aux écologistes pour qui le texte original reste "vague et imprécis". Les parlementaires de la majorité ont ainsi voté, malgré les protestations de l'opposition, une recommandation se trouvant déjà dans la loi anti-blanchiment, afin de "lui donner plus de poids".

"Nos recommandations sont suffisamment claires", s'est de son côté justifié Luk Van Biesen (Open VLD). Rob Van de Velde (N-VA), lui, a tenu à rappeler "l'indépendance de la commission vis-à-vis du gouvernement" alors que les partis de la majorité ont constamment voté comme un seul homme ce lundi.

"Nous leur demandons d'assumer leurs responsabilités. Nous, en déposant des amendements, nous faisons notre travail. Nous n'allons pas nous laisser entraîner dans un rapport 'tiède' sans rien dire", a conclu Ahmed Laaouej.

En savoir plus sur:

Nos partenaires