Où investir à l'étranger: nouvelle édition de la carte des pays à risques

12/04/16 à 11:15 - Mise à jour à 16:17

Source: Communiqué

AON, gestionnaire de risques et courtier en assurances, présente la 19e édition de sa "Political Risk Map", une carte des risques politiques, destinée à informer les entreprises désireuses d'investir à l'étranger.

Où investir à l'étranger: nouvelle édition de la carte des pays à risques

© AON

Cette année, ce sont les prix des produits pétroliers qui pèsent dans la balance économique des pays exportateurs de pétrole ; certains d'entre eux sont confrontés à une baisse importante de leurs revenus à cause du prix très bas de l'or noir.

Afin de pallier à ces prix très bas, les pays membres du Conseil de coopération du Golfe sont en quête de fonds pour soutenir leur système financier et limiter les risques et maintenir une certaine stabilité dans la région.

La situation économique n'est guère florissante en Afrique du Sud, ce qui entraîne une grande incertitude pour les investisseurs. Incertitude qui profite, par contre, à l'Afrique de l'Est dont l'économie est, quant à elle, dopée par les prix pétroliers relativement bas.

Mais c'est principalement l'Amérique du Sud la grande perdante de cette 19e édition... La mauvaise santé de l'économie vénézuélienne entraînera davantage de protestations citoyennes et donc de risques pour les investisseurs. Quant au Brésil, il est dans la tourmente d'une forte récession sans oublier les problèmes que connaît sa présidente actuelle.

Concernant la Chine et les pays asiatiques voisins, les mesures anti-corruption prises ces derniers mois semblent atténuer les risques politiques sur le continent asiatique.

"Le problème des retards de paiement sous la pression du prix du pétrole en baisse ne se présente pas seulement dans cette région", déclare Bart Goossens, Directeur commercial chez Aon Belgium : "Auparavant, c'était le cas en Chine, mais aujourd'hui, nous constatons également ce problème dans d'autres pays tels que l'Équateur et l'Algérie".

En conclusion, Bart Goossens conseille aux entreprises qui font des affaires dans ces pays de réaliser au préalable une analyse claire de ce qu'elles souhaitent y faire. "D'abord, jeter un regard critique sur le lieu où l'on compte investir. Non seulement le risque présenté par les pays, par exemple en matière d'expropriation, revêt de l'importance, mais aussi la région spécifique du pays. Les différences culturelles et l'agitation sont d'importants facteurs de l'instabilité politique. Lorsque cette situation se retourne contre une entreprise, le préjudice peut être énorme. Les marges bénéficiaires sont ou paraissent parfois attrayantes dans les investissements à l'étranger, mais il existe souvent un risque accru en contrepartie. Un inventaire préalable des types de risques et de la possibilité qu'ils puissent se concrétiser revêt dès lors une importance cruciale".

La carte des risques

En savoir plus sur:

Nos partenaires