"On ne sent pas en Algérie une vraie volonté de s'ouvrir au tourisme"

01/02/18 à 10:02 - Mise à jour à 10:01

Source: Belga

"L'Algérie a un potentiel touristique énorme, mais on ne sent pas une volonté de s'ouvrir autant que le Maroc ou la Tunisie par exemple", a regretté mercredi Didier Reynders alors qu'il visitait la Casbah d'Alger.

"On ne sent pas en Algérie une vraie volonté de s'ouvrir au tourisme"

© Belgaimage

Le ministre belge des Affaires étrangères est arrivé mardi dans la capitale algérienne pour une mission de deux jours destinée à renforcer les relations bilatérales.

L'économie algérienne souffre de la chute des prix du pétrole et du gaz, qui a poussé le taux de chômage au-delà des 12%. En réaction, le pays fait tourner la planche à billets, tout en limitant les importations pour tenter de contenir l'inflation.

"Mais 49% du commerce extérieur est lié aux hydrocarbures. La dépendance au pétrole reste majeure", analyse M. Reynders, qui s'est entretenu en matinée avec le Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia.

Pour se diversifier, l'Algérie pourrait faire valoir ses multiples atouts touristiques. Or, d'après le chef de la diplomatie belge, "on ne sent pas une vraie volonté de s'ouvrir, alors que le pays est fabuleux".

Il est néanmoins question de faire passer de sept à 10 le nombre de vols hebdomadaires entre la Belgique et l'Algérie.

Didier Reynders aimerait aussi aider les entreprises belges à investir en Algérie. L'idée est de négocier en fonction des secteurs dans lesquels les Belges disposent de compétences convoitées, notamment la santé et les technologies vertes.

Parallèlement, il faudrait faire se rencontrer la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) et son équivalent algérien car, à moins d'être sélectionné à l'issue d'un marché public, un étranger ne peut détenir plus de 49% du capital d'une société. "Il faut expliquer aux entreprises belges comment collaborer concrètement avec des partenaires locaux, parce que cette obligation est évidemment un frein", plaide le libéral.

En raison du rôle prépondérant de l'Etat dans l'économie algérienne, le dialogue avec les autorités est en tout cas crucial, conclut le vice-Premier ministre belge.

Avant son entrevue avec le Premier ministre algérien, ce dernier s'est entretenu à plusieurs reprises avec son homologue algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel. Il a également rencontré mardi le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa.

La Belgique veut resserrer ses liens avec l'Algérie sur le plan économique, mais aussi dans la lutte contre le terrorisme et la radicalisation ou encore la migration clandestine.

Nos partenaires