Obligations : l'impasse politique nous coûte 80 millions par an

06/01/11 à 17:24 - Mise à jour à 17:24

Source: Trends-Tendances

L'impasse politique a coûté 20 points de base à la Belgique sur le taux à long terme, soit au moins 80 millions d'euros annuels, chiffre l'Agence de la dette. Un accord politique ferait sans doute diminuer le taux.

Obligations : l'impasse politique nous coûte 80 millions par an

© Belga

L'impasse politique a coûté 20 points de base à la Belgique sur le taux à long terme ou au moins 80 millions d'euros annuels, a chiffré jeudi Jean Deboutte, directeur stratégie de l'Agence de la dette. Un accord politique ferait sans doute diminuer le taux : "Les marchés suivent la situation politique belge : c'est la première chose que nous devons expliquer lors de contacts", a-t-il souligné.

?

Le taux à 10 ans pour les obligations belges a dépassé jeudi les 4 % alors qu'il était encore en dessous de ce seuil mercredi. La différence avec le Bund allemand à 10 ans, la référence du marché, a augmenté de 110 points de base. Avant les élections, la différence était de 79 points de base.

?

Le marché des obligations semble peu sensible à la situation politique en Belgique

?

Ceci dit, d'autres pays européens sont confrontés à des hausses de taux. Le taux des obligations belges à 10 ans est certes repassé au-dessus de 4 %, mais ce taux, qui augmentait de quelques points de base jeudi midi, évoluait à l'instar des taux pour les obligations des autres Etats européens. L'écart avec les taux allemands, référence en la matière, était néanmoins en augmentation.

?

La réaction du marché par rapport à la situation politique en Belgique semble donc limitée. "Il y a une hausse du taux, mais elle n'est pas dramatique. L'impact financier de la situation politique reste limité", souligne encore Jean Deboutte.

?

Avec un seuil de 4 %, le taux d'intérêt pour les obligations belges à dix ans reste en-dessous de la croissance nominale du PIB (inflation + croissance réelle).

?

Enfin, il convient de noter que les credit-default swaps (produit dérivé servant de police d'assurance en cas de défaut de paiement) sur la dette belge étaient en hausse de 6 points de base jeudi, vers un record de 225 points. Cette hausse est sans aucun doute attribuable à la situation politique belge mais la spéculation joue probablement un rôle.

(UPDATE) Les taux des obligations belges poursuivent leur ascension vendredi

?

Le taux d'intérêt pour les obligations belges à 10 ans poursuivait son ascension vendredi, à un plus haut depuis juin 2009. A la mi-journée, le taux des obligations à dix ans était en hausse de 6 points de base, à 4,11 %. L'écart avec les obligations allemandes, références en la matière, atteignait plus de 120 points de base. Les taux des obligations italiennes, espagnoles, portugaises et irlandaises étaient eux aussi orientés à la hausse vendredi.

?

Malgré cette tension sur les taux d'intérêt, l'Etat belge parvient toujours à se financer de manière relativement bon marché, souligne Bart Van Craeynest, de la société de Bourse Petercam. Le niveau actuel des taux d'intérêts se situe en effet dans la moyenne des dix dernières années.

?

Les investisseurs ne se détournent pas non plus massivement de la dette belge, même si certains s'en défont. Selon Bart Van Craeynest, la hausse des taux belges n'est pas seulement due à la crise politique mais aussi au niveau de la dette belge, qui n'échappe pas aux marchés. Quant aux credit-default swaps sur la dette belge, ils étaient eux aussi orientés à la hausse vendredi matin, atteignant un record de 242 points.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires