Nucléaire : les stress tests divisent en haut lieu

19/05/11 à 13:15 - Mise à jour à 13:15

Source: Trends-Tendances

De sérieuses divergences opposent Günther Oettinger à la majorité des régulateurs dans les négociations sur les tests de résistance des centrales nucléaires. Le commissaire européen à l'Energie a en effet formulé de nouvelles exigences qui posent un problème de compétence.

Nucléaire : les stress tests divisent en haut lieu

Günther Oettinger, commissaire européen à l'Energie, s'entretiendra jeudi à Prague avec le président slovène du groupe des régulateurs européens dans le domaine de la sûreté nucléaire (Ensreg) pour tenter de débloquer les négociations sur les tests de résistance des centrales nucléaires de l'UE. Et ce, en marge de la réunion annuelle du Forum européen sur l'énergie nucléaire.

"Le commissaire a également prévu des entretiens bilatéraux avec certains membres de l'Ensreg" présents à Prague, a précisé sa porte-parole, Marlene Holzner. Mais la Commission n'était pas en mesure de confirmer la tenue d'une réunion de tous les régulateurs à Prague, comme elle l'a annoncé jeudi dernier.

De sérieuses divergences opposent en effet Günther Oettinger à la majorité des régulateurs, car le commissaire a formulé mercredi de nouvelles exigences qui posent un problème de compétence, a confié à l'AFP le représentant d'une délégation. "Il n'y a pas une grande envie de la part des régulateurs de recommencer les discussions", a-t-il ajouté.

La porte-parole du commissaire a refusé de commenter cette information= "Les négociations sont toujours en cours et nous nous ne ferons des commentaires qu'une fois qu'elles seront terminées."

Un compromis a été mis sur la table vendredi dernier à l'issue de deux journées de négociations à Bruxelles entre les autorités de régulation et la Commission européenne. Mais les régulateurs allemand et autrichien ont émis des réserves et le commissaire Oettinger n'est pas satisfait de cette formule.

Le compromis défendu par 25 autres régulateurs dissocie la sûreté des centrales face à des risques de catastrophe ou d'accident, et leur sécurité face à des actes terroristes ou des sabotages, a-t-on précisé.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires