Nucléaire : Ecolo prend ses distances avec Greenpeace

27/06/12 à 14:13 - Mise à jour à 14:13

Source: Trends-Tendances

L'heure de vérité approche pour la prolongation des réacteurs nucléaires belges. Même la coprésidente d'Ecolo consent à prolonger la vie de deux réacteurs. Mais pour une durée très limitée. Et moyennant des investissements massifs.

Nucléaire : Ecolo prend ses distances avec Greenpeace

© Thinkstock

La température monte d'un cran alors que le gouvernement s'apprête à prendre sa décision concernant le prolongement d'une ou plusieurs anciennes centrales nucléaires initialement destinées à la fermeture. Il pourrait trancher la semaine prochaine.


Alors que Greenpeace met la pression en organisant ces jours-ci diverses actions aussi spectaculaires que contestées contre ce prolongement, Ecolo observe le gouvernement depuis l'opposition. Réalistes, les Verts s'attendent à une décision de prolongation : "Nous ne sommes pas des ayatollahs anti-nucléaires", a indiqué mercredi Emily Hoyos, coprésidente du parti, sur La Première (RTBF). La même Emily Hoyos critiquait, plus tôt, la vidéo de Greenpeace montrant un faux Di Rupo torturé par la "mafia nucléaire"... tout en confirmant l'idée d'un "chantage" d'Electrabel sur cette énergie.


Faisant une nouvelle fois observer qu'aucun investissement alternatif n'avait été réalisé depuis la loi de sortie du nucléaire voici dix ans, la coprésidente souligne que la Belgique se doit de se doter d'"outils performants", une situation qui, au vu des chiffres apportés par la Creg, le régulateur fédéral du secteur énergétique, nécessitera probablement un prolongement limité de l'un ou l'autre réacteur.


C'est dans ce contexte que les ministres qui se sont succédé à l'Energie, ainsi que la Creg, font valoir la nécessité de prolonger de quelques années au moins une centrale. "Le ministre de l'Energie doit se fier sur des chiffres objectifs et les seuls chiffres objectifs, ce sont ceux de la Creg, constate Emily Hoyos. Et la Creg, elle dit : d'ici deux ou trois ans, on doit pouvoir fermer les trois réacteurs prévus."


En attendant, vu la réalité économique du moment, le gouvernement ne semble toutefois pas avoir beaucoup de possibilités : "Il faut prolonger deux réacteurs nucléaires deux ou trois ans, et proposer un plan massif d'alternatives... Si j'étais à la place de Melchior Wathelet, sur base des chiffres qui sont ici, je devrais sans doute dire qu'on ne peut pas fermer tout de suite mais qu'on doit tout faire pour investir très vite." Prolonger de dix ans la "vieille technologie nucléaire", ce n'est toutefois pas l'avenir, a-t-elle répété.

Nucléaire : le MR se réjouit de l'attitude "réaliste" d'Ecolo

Le député David Clarinval s'est "réjoui" mercredi, au nom du MR, de l'"attitude réaliste" adoptée par Ecolo dans le dossier nucléaire. Le député MR a dit constater que la coprésidente d'Ecolo, Emily Hoyos, ne s'opposera pas à la "prolongation" de centrales nucléaires dont la fermeture est initialement prévue en 2015.

"Il s'agit là, d'une attitude réaliste et de bon sens, a indiqué, dans un communiqué, le spécialiste des questions énergétiques au sein du MR. Depuis plusieurs mois, le MR défend la thèse qu'il ne faut pas prolonger le nucléaire pour le nucléaire mais qu'il faut aussi, en dehors de toute idéologie, assurer l'approvisionnement énergétique de notre pays."

Au-delà de la question de l'approvisionnement, David Clarinval rappelle que, pour les Réformateurs, "il est fondamental d'avoir une capacité de production suffisamment importante pour garder au maximum un contrôle des prix de la facture d'électricité payée par les consommateurs".

Enfin, l'argument écologique reste important, ajoute le député : "Dans le scénario qui prévoit un allongement de la durée de fonctionnement, il y a 13 % en moins de gaz à effet de serre que dans les autres scénarios qui feraient appel à des centrales au gaz, par exemple. C'est la seule façon de parvenir à respecter nos engagements."

Le MR plaide pour une définition rapide des moyens de production alternatifs au nucléaire tout en précisant qu'il serait inopportun, pour des raisons écologiques, économiques et de sécurité d'approvisionnement, de fermer trop rapidement les centrales nucléaires.


Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires