Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

04/02/16 à 15:29 - Mise à jour à 15:29

"Nous sommes 'au bord de l'implosion'... mais ce 'bord' est toujours là"

Malgré les prophéties de malheur, nous restons au 'bord', car ce 'bord', c'est quoi au final ? Chronique optimiste.

"Nous sommes 'au bord de l'implosion'... mais ce 'bord' est toujours là"

© istock

J'adore lire la prose du philosophe français Roger-Pol Droit. Il a une chronique (1) hebdomadaire destinée au monde économique et c'est toujours rafraîchissant, car il donne à l'actualité le recul nécessaire pour la comprendre, voire même s'en éloigner.

Dernièrement, il s'est insurgé contre l'état d'esprit mortifère de nos concitoyens. Écoutez autour de vous, tout le monde dit à peu près la même chose: le monde va imploser - souvent, les gens sont plus triviaux et vous disent que 'tout va péter'. Pourquoi ? Parce que les informations quotidiennes donnent l'impression que nous sommes dans un monde chaotique. Il y a les attentats auxquels nous n'arrivons pas à nous habituer. L'économie qui n'en finit pas de tenter de se redresser. La révolution numérique porteuse de grands espoirs, mais dont on se focalise surtout sur les emplois qu'elle élimine dans un premier temps. Les tensions géopolitiques. Le danger du dérèglement climatique. L'afflux de réfugiés qui met mal à l'aise pas mal de personnes. La montée des incivilités quotidiennes La montée du racisme et de l'antisémitisme, etc. J'arrête là, car vous pourriez la déclamer à ma place.

Les gens répètent donc que nous sommes 'au bord de l'implosion' et certains auteurs de livres apocalyptiques jouent sur cette peur en nous prédisant même une nouvelle guerre mondiale. Comme l'écrit le philosophe Roger-Pol Droit, c'est vrai, selon le citoyen ordinaire, nous sommes 'au bord de l'implosion'. Mais, chose étonnante, ce 'bord' est toujours là, solide, durable. Et vous savez quoi ? Malgré ces prophéties de malheur, nous restons au 'bord', car ce 'bord', c'est quoi au final ? C'est la réalité. Et la réalité, c'est que la vie continue, que nous concrétisons chaque jour de nouveaux projets, que nous posons des actes positifs, que notre humanité invente quotidiennement de nouveaux produits ou services, que nous échangeons, que nous commerçons, que nous mutons en même temps que la révolution numérique.

Partager

On manque des contrepoids positifs aux représentations imaginaires et catastrophiques

C'est vrai que ce nouveau monde peut être parfois plus dur ou plus injuste pour certains, mais ce fameux 'bord' est là, il tient ferme alors que dans notre imagination, nous pensons que nous allons tomber. Non pas que nos craintes ne soient pas légitimes, il suffit d'allumer la télévision pour s'en rendre compte. Mais ce qui manque à nos sociétés, nous dit le philosophe Roger-Pol Droit, ce sont des contrepoids positifs aux représentations imaginaires et catastrophiques de beaucoup de citoyens.

Vaincre Daech est techniquement possible, vaincre le chômage aussi. S'adapter à la révolution numérique est possible, réduire ou modérer le dérèglement climatique est également faisable. Et faire reculer la haine ou le fanatisme l'est tout autant. Bien sûr, ce ne sera pas facile, mais nous pouvons techniquement le faire. Et donc, Roger-Pol Droit nous conseille de cultiver l'optimisme au lieu de cultiver l'idée que le pire nous attend et de garder à l'esprit que la réalité est contrastée, bigarrée, traversée de tensions et de conflits, et aussi de chance. Mais cette réalité n'a pas de bord et... n'implose pas ! Au fond, Roger-Pol Droit dit ce que disait Voltaire d'une autre manière avant lui: 'j'ai décidé d'être heureux, car c'est bon pour la santé !'.

(1) Roger-Pol Droit, Opinions, Les Echos, 30 janvier 2016

En savoir plus sur:

Nos partenaires