"Nous avons besoin d'une gouvernance économique renforcée !"

13/12/10 à 11:38 - Mise à jour à 11:38

Source: Trends-Tendances

Grâce à un pacte de stabilité et de croissance renforcé et à une surveillance macroéconomique renforcée, "à mon avis, le mécanisme de gestion de crise est superflu", indique Jürgen Stark, économiste en chef de la BCE.

"Nous avons besoin d'une gouvernance économique renforcée !"

© Bloomberg

Jürgen Stark, économiste en chef de la Banque centrale européenne, plaide pour "une surveillance macroéconomique renforcée" dans la zone euro dans un entretien publié par le journal dominical grec To Vima.

"Nous avons besoin d'une gouvernance économique renforcée, ce qui signifie un pacte de stabilité et de croissance (PSC) renforcé et une surveillance macroéconomique renforcée, a-t-il indiqué. Si ces deux éléments sont mis en oeuvre et respectés, à mon avis, le mécanisme de gestion de crise est superflu."

Pour autant, le 28 novembre, l'Eurogroupe a décidé la création d'un mécanisme pour remplacer le Fonds européen de stabilité financière (EFSF). Il a également été décidé la participation des investisseurs privés à ce fonds, a-t-il poursuivi.

Le prochain Conseil européen, les 17 et 18 décembre, doit approuver la création en 2013 d'un fonds de soutien permanent en cas de crise, qui succédera au Fonds de stabilité.

Zone euro : "lourdes incertitudes" sur la reprise, renforcer la gouvernance (OCDE)

De "lourdes incertitudes" planent toujours sur la reprise dans la zone euro, qui sera "faible" et "lente", a affirmé lundi l'OCDE, qui appelle les dirigeants européens à "renforcer" la gouvernance et le cadre de gestion des crises ainsi qu'à assainir le système bancaire.

Dans son étude sur la zone euro, l'Organisation de coopération et de développement économiques estime que "la reprise est maintenant en cours" mais qu'elle sera probablement "faible" et "lente", d'autant que la réduction des déficits, "priorité immédiate", pourrait "freiner" la croissance "à court terme".

"La reprise demeure entourée de lourdes incertitudes", explique donc l'organisation qui réunit les pays riches. Selon elle, "il est crucial que le système bancaire retrouve sa bonne santé pour soutenir la croissance". Pour cela, "de nouvelles opérations de recapitalisation des banques pourraient être nécessaires", mais il faut, dès que possible, "mettre fin au soutien du système financier".

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires