"Notre demande principale n'est pas l'argent, mais bien le respect de la loi"

05/07/18 à 16:41 - Mise à jour à 06/07/18 à 15:40

"Notre demande principale n'est pas l'argent, mais bien le respect de la loi", ont rappelé jeudi les cinq syndicats européens qui organisent la grève du personnel de cabine de la compagnie aérienne low-cost Ryanair les 25 et 26 juillet prochains.

"Notre demande principale n'est pas l'argent, mais bien le respect de la loi"

© AFP

Les syndicats participants, la CNE-LBC (Belgique), SITCPLA et USO (Espagne), SNPVAC (Portugal) et Uiltrasporti/FILT-CGIL (Italie), ont rappelé jeudi que la principale revendication du personne de cabine n'était pas salariale. "Nous demandons que Ryanair respecte simplement la loi", a détaillé Didier Lebbe, de la CNE, jeudi en conférence de presse.

Parmi les principales revendications: la signature de contrats de travail fondés sur le droit national plutôt qu'irlandais ou encore le respect des législations sur les conditions de travail. "Je vais vous prendre l'exemple d'un membre du personnel qui habite Bruxelles et qui travaille à l'aéroport de Zaventem.

Il doit d'abord se rendre à l'aéroport, ce qui lui coûte son billet de train non remboursé par l'employeur. Ensuite, il doit traverser tout l'aéroport, et rejoindre sa cabine à pied sur le tarmac, là où les autres compagnies offrent des minibus. Ensuite, il prépare le vol. Il ne commence pourtant à être payé que lorsque l'avion bouge.

Situation illégale

Cette situation est tout simplement illégale." Les syndicats dénoncent aussi le fait que le personnel est contraint de payer pour avoir accès à l'eau, ce qui est également illégal. Ensuite, en cas d'incident technique, le personnel n'est pas non plus payé car l'avion ne bouge pas, alors qu'il est contraint d'assurer un service aux voyageurs. Enfin, les syndicats contestent aussi le système de garde.

"Être de garde, c'est se rendre à l'aéroport et attendre s'il est nécessaire de remplacer un collègue. Et si ce n'est pas le cas, rentrer ensuite chez soi sans voir été payé." "Il ne faut pas blâmer les gens qui prennent Ryanair, mais il doivent être conscients de ce qui s'y passe", a conclu M. Lebbe.

Le personnel de cabine de Ryanair observera deux jours de grève les 25 et 26 juillet dans quatre pays européens, ont indiqué jeudi cinq syndicats européens. Les actions auront lieu le 25 juillet au Portugal, en Italie, en Espagne et en Belgique. Le lendemain, la grève se poursuivra au Portugal, en Espagne et en Belgique. L'Italie devant renoncer à l'action pour des raisons légales. Les syndicats s'attendent à une participation massive de 4.000 à 5.000 travailleurs pour quelque 200 avions cloués au sol.

Nos partenaires