Moody's baisse la note de l'Italie de deux crans et son taux à 10 ans passe de nouveau à plus de 6%

13/07/12 à 04:56 - Mise à jour à 04:56

Source: Trends-Tendances

L'agence de notation Moody's a baissé la note de l'Italie de deux crans, la faisant passer de A3 à Baa2, tout en maintenant une perspective négative, a-t-elle annoncé vendredi. Conséquence, le taux à 10 du pays passe de nouveau à plus de 6 %.

Moody's baisse la note de l'Italie de deux crans et son taux à 10 ans passe de nouveau à plus de 6%

© Thinkstock

L'agence de notation Moody's a baissé la note de l'Italie de deux crans, la faisant passer de A3 à Baa2, tout en maintenant une perspective négative, a-t-elle annoncé vendredi.

L'agence évoque notamment la dégradation économique de l'Italie, qui risque de lui faire rater ses objectifs d'économies. Elle parle aussi d'un risque de contamination depuis la Grèce et l'Espagne.

La conséquence immédiate : le taux d'emprunt à 10 ans de l'Italie s'envolait vendredi pour repasser au-dessus des 6%, l'annonce de Moody's.

Vers 10H00, le rendement italien, qui évolue en sens inverse de la demande, atteignait 6,013% contre 5,897% jeudi.

"L'Italie a plus de risque de connaître une hausse brutale de ses coûts de financement ou de ne plus avoir accès aux marchés financiers (...) en raison de la confiance de plus en plus fragile des marchés et du risque de contagion émanant de la Grèce et de l'Espagne", justifie Moody's dans un communiqué. L'agence a dégradé la note italienne de deux crans, de A3 à Baa2, et maintenu la perspective négative.

Pour Patricq Jacq, stratégiste obligataire chez BNP Paribas, "l'annonce en elle-même n'est pas tellement une surprise, mais ce qui est très pénalisant c'est qu'elle tombe aujourd'hui".

Rome procède ce vendredi à une nouvelle émission obligataire à moyen et long terme au cours de laquelle le pays espère lever 5,25

milliards d'euros.

"Moody's peut vraiment mettre en difficulté le pays. A cause d'elle ses conditions de financement peuvent encore se détériorer, ce qui serait un mauvais signal pour les marchés", explique M. Jacq.

De leurs côtés, les taux espagnols à 10 ans montaient à 6,657% contre 6,594% la veille.

Trends.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires