Marchés publics : le politique a-t-il vraiment les mains liées ?

13/11/15 à 10:10 - Mise à jour à 10:10

Source: Trends-Tendances

L'"affaire Jacqueline Galant", avec la désignation (plus que) controversée du cabinet d'avocats Clifford Chance, a rappelé que les mandataires publics ne peuvent pas faire n'importe quoi quand ils passent des marchés de fournitures et de services. Mais des brèches subsistent pour infléchir la sélection des offres en concurrence. Et ce n'est pas forcément une mauvaise chose.

Un ministre peut-il solliciter une expertise juridique sans contacter plusieurs cabinets d'avocats et prendre l'offre la plus intéressante ? La réponse est non. Comme une commune ne peut pas appeler le menuisier du coin pour changer les châssis de l'école communale, comme le patron des Travaux publics ne peut pas confier d'autorité un chantier à l'entreprise de son cousin, comme un député provincial ne peut pas simplement commander les sandwiches pour sa réception auprès de la boulangerie où il achète ses délicieux croissants chaque dimanche matin.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires