Malgré les menaces de la Turquie, Chypre poursuit ses explorations de gaz

14/07/17 à 10:45 - Mise à jour à 10:45

Source: Afp

Chypre a affirmé jeudi qu'elle poursuivra l'exploration de gisements gaziers au large de l'île malgré la mise en garde cette semaine d'Ankara contre la réalisation de projets dans ce domaine.

Malgré les menaces de la Turquie, Chypre poursuit ses explorations de gaz

La plateforme gazière Homer Ferrington, au large de Chypre. © Reuters

Plus tôt dans la journée, le ministre turc des Affaires étrangères a indiqué que son pays prendrait des mesures contre l'exploration de gaz par les autorités chypriotes, sans donner plus de détails.

Lundi, quelques jours après l'échec du dernier round de négociations sur la réunification de l'île méditerranéenne, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait mis en garde les compagnies internationales contre d'éventuels projets gaziers à Chypre.

Le lendemain, le Premier ministre grec Alexis Tsipras avait lui soutenu "les droits souverains" de Chypre à l'exploitation de ses gisements gaziers.

Chypre est divisée depuis 1974 et l'invasion de l'armée turque du tiers nord de l'île en réaction à un coup d'Etat nationaliste visant à la rattacher à la Grèce. L'entité chypriote turc installée dans le nord n'est reconnue que par Ankara.

En 2011, la firme américaine Noble Energy a été la première à découvrir du gaz au large de Chypre, dans le champ Aphrodite, dont les réserves sont estimées à 127,4 milliards de mètres cubes de gaz. Son exploitation n'a toutefois pas encore commencé.

Chypre espère devenir à terme un acteur énergétique majeur en Méditerranée orientale et construire un terminal à terre pour exporter du gaz vers l'Europe et l'Asie à l'horizon 2022. Mais il lui faut pour cela trouver davantage de réserves gazières.

Le ministre chypriote grec de l'Energie George Lakkotrypis a dit jeudi rester impassible devant la position de la Turquie.

"Nous sommes préparés à différents scénarios", a-t-il dit à la radio publique. "Notre perception c'est que la Turquie continuera à nous défier d'une manière ou d'une autre".

Cette montée des tensions intervient alors que les géants français et italien de l'énergie, Total et ENI, pourraient commencer vendredi un test de forage au large de Chypre. Les deux compagnies avaient signé en avril un contrat d'exploration d'hydrocarbures.

Nos partenaires