Limiter le salaire du patron à 12 fois celui du salarié, la Suisse vote dimanche

22/11/13 à 14:51 - Mise à jour à 14:51

Source: Trends-Tendances

Les Suisses se prononcent par votation ce dimanche sur l'Initiative "1:12 - Pour des salaires équitables" qui prône l'idée qu'un patron ne peut pas gagner plus de douze fois le salaire du plus mal payé de ses salariés.

Limiter le salaire du patron à 12 fois celui du salarié, la Suisse vote dimanche

© REUTERS

La Suisse va-t-elle plafonner le salaire des patrons à douze fois celui de leurs employés ? Le referendum qui doit répondre à cette question se tient dimanche. Pour entrer en vigueur, la proposition doit obtenir une majorité dans chacun des 26 cantons du pays, ainsi qu'à l'échelle nationale.

A la base de cette proposition, il y a l'initiative populaire "1:12 - Pour des salaires équitables". Celle-ci stipule que "dans une même entreprise, personne ne doit gagner moins en un an que ce que les plus hauts salaires permettent de gagner en un mois." Son but est d'inscrire cette proportion dans le dans la Constitution pour que "les cadres ne puissent plus s'enrichir davantage tandis que stagnent les salaires des autres travailleur(euses)." Selon le site de 1:12, un manager suisse gagne en moyenne 4 millions de francs, soit 56 fois le salaire d'un employé normal.

Portée la Jeunesse socialiste suisse (JS), qui est parvenue à rassembler les 100.000 signatures nécessaires à l'organisation d'une votation nationale, l'initiative est soutenue par des partis de gauche, Socialistes et Verts en tête, ainsi que par des syndicats.

En réponse à "1:12", le site "1:12 - non" a vu le jour. Ce contre-mouvement s'oppose à l'intrusion de l'Etat dans la politique salariale des entreprises et redoute un effet boomerang au niveau social, une hausse des impôts et des cotisations sociales, ainsi qu'une rupture du partenariat social.

Selon un sondage publié le 13 novembre dernier par gfs.bern et effectué sur un échantillon de 1409 personnes, le vote a peu de chances de déboucher sur une loi. Il créditait le 'oui' de seulement 36% d'intentions de vote contre 54% de 'non' et 10% de 'sans opinion'.

En savoir plus sur:

Nos partenaires