Libye: six F-16, 448 missions, 365 bombes et 25 millions d'euros

26/08/11 à 09:00 - Mise à jour à 09:00

Source: Trends-Tendances

Depuis le début de l'intervention internationale en Libye, les six F-16 belges engagés dans le conflit ont effectué 448 sorties et ont largué 365 bombes, a détaillé le ministre de la Défense Pieter De Crem, jeudi, devant les Commissions des Relations extérieures et de la Défense de la Chambre. Le coût de la participation belge à l'intervention de la coalition atteint, à ce stade, 25 millions d'euros net.

Libye: six F-16, 448 missions, 365 bombes et 25 millions d'euros

© Image Globe

Quant au navire belge Narcis, il a patrouillé pendant 60 jours au large des côtes libyennes. A partir du 19 août, il a été remplacé par le Lobelia, qui, dans la nuit du 24 au 25 août, s'est vu attribuer une nouvelle zone d'action, face à Tripoli, a précisé le ministre.

Selon ce dernier, "il faudra encore une ou deux semaines pour clôturer la phase militaire", même si le régime de Kadhafi semble vivre ses dernières heures.

Cette chute annoncée du dictateur libyen ne signifie toutefois pas la fin de l'action internationale, a de son côté affirmé le Premier ministre démissionnaire, Yves Leterme. "La transition doit se faire avec le soutien de la Communauté internationale, dont le rôle consiste à empêcher tout bain de sang tout en préparant la reconstruction du pays", a-t-il indiqué.

Mais pour ce faire, une nouvelle résolution de l'ONU est nécessaire. "Il faut une nouvelle base légitime à la poursuite de l'opération internationale", a estimé le Premier ministre en soulignant le "rôle positif et constructif" joué jusqu'ici par la Belgique. "Nous devons continuer dans cette voie et rester disponibles."

"Proportionnellement, notre pays a fait beaucoup et a prouvé qu'il était un partenaire solide", a de son côté déclaré le ministre des Affaires étrangères, Steven Vanackere. "Au cours de ces six derniers mois, je vois au moins trois 'niveaux de progrès': la mission de protection - telle que définie par la résolution des Nations unies, ndlr - a été assurée; on a prouvé l'universalité des droits de l'Homme et le rôle de la Cour pénale internationale est renforcé", a-t-il ajouté.

A ce propos, pour la Belgique, c'est bien la justice internationale, siégeant à La Haye, qui devra juger le colonel Kadhafi, dont la tête a été mise à prix.

Enfin, répondant aux nombreuses questions des parlementaires quant à la fiabilité du Conseil national de Transition (CNT) libyen, Yves Leterme a "salué la première déclaration des chefs du Conseil évoquant un état de droit et des élections dans huit mois". "A l'heure actuelle, le CNT - avec lequel une rencontre avait été organisée à Bruxelles au début du soulèvement - est le seul interlocuteur structuré. Mais évidemment, son vrai test de légitimité ne se fera que dans quelques mois", a admis le Premier ministre.

Ce dernier participera la semaine prochaine, à Paris, à la Conférence des amis de la Libye.

Trends.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires