Les syndicats veulent donner une chance à la concertation

13/01/15 à 15:59 - Mise à jour à 16:11

Source: Belga

Le comité fédéral de la FGTB s'est réuni mardi, au lendemain d'une réunion du Groupe des 10 qualifiée de constructive, et a décidé de laisser se poursuivre les discussions entre les partenaires sociaux dans le cadre de la concertation sociale, a-t-on appris auprès du syndicat socialiste. De son côté, la CSC souligne l'importance d'une fiscalité juste dans son évaluation de la situation.

Les syndicats veulent donner une chance à la concertation

© BELGA

Les syndicats n'excluent pas un nouveau plan d'action en cas d'échec des discussions. Lundi, le Groupe des 10 s'était réuni, pour la première fois de l'année. A l'issue de l'entrevue, tant les syndicats que les employeurs ont fait état de discussions "constructives" et "sans tabou", d'aucuns soulignant que le dialogue social est "relancé".

Si elle veut donner une chance aux discussions entre employeurs et syndicats, la FGTB n'en rappelle pas moins qu'elle restera vigilante par rapport aux priorités qui avaient été mises en avant par le front commun syndical lors du plan d'action mené à l'automne dernier.

Ces priorités sont une sécurité sociale fédérale forte; un plan d'investissements et de relance permettant la création d'emplois de qualité; des services publics de qualité; une plus grande justice fiscale ainsi que la suppression du saut d'index et la liberté de négocier des augmentations de salaire.

Le syndicat socialiste exige également du gouvernement, en sa qualité d'employeur, "qu'il accorde la même priorité à la concertation sociale dans le secteur public et ce, en parallèle à celle du secteur privé."

"Si on doit constater une absence de résultats suite à la concertation avec le gouvernement et les patrons sur ces points essentiels, un plan d'action sera mis en oeuvre dans le cadre du front commun", avertit la FGTB, tout en ajoutant que les modalités de cet éventuel plan d'action "seront déterminées fin janvier". Un comité fédéral de la FGTB est ainsi prévu le 30 janvier prochain.

De son côté, la CSC souligne, à l'issue d'une réunion de son bureau national, que le contact avec le gouvernement fédéral, prévu ce jeudi, sera "crucial". Selon son président, Marc Leemans, le syndicat chrétien sera particulièrement attentif à la réponse du gouvernement à la demande syndicale d'une fiscalité "plus juste". En l'absence de réponse satisfaisante, la CSC discutera, le cas échéant, de possibles "conséquences" ou actions. Le syndicat chrétien a d'ores et déjà programmé un conseil général extraordinaire le 10 février prochain afin de dresser un état de la situation.

Outre une rencontre avec le comité ministériel restreint jeudi, les partenaires sociaux se réuniront à nouveau au sein du Groupe des 10 les 19, 22 et 26 janvier.

Nos partenaires