Les syndicats manifestent mardi "pour une pension juste et digne"

18/12/17 à 11:48 - Mise à jour à 11:48

Source: Belga

Les syndicats manifesteront mardi en front commun (FGTB-CSC-CGSLB) à Bruxelles pour réclamer "une pension juste et digne". Ils clameront leur profond désaccord avec les mesures mises en oeuvre - comme le relèvement de l'âge légal de la pension - ou prévues, telles que la pension à points, par le gouvernement fédéral.

Les syndicats manifestent mardi "pour une pension juste et digne"

Le système de la pension à points, envisagé par le ministre fédéral des Pensions, Daniel Bacquelaine, accordera des points aux citoyens en fonction de leur carrière, qui seront ensuite convertis en pension. © Belagaimage

Les syndicats socialiste, chrétien et libéral se donnent rendez-vous à 10h30 à la gare du Nord à Bruxelles pour réclamer "un système de pension transparent et prévisible". Le front commun syndical s'oppose au "démantèlement de nos pensions et (à) la précarité qui touche les pensionnés".

Avec cette manifestation nationale, les syndicats entendent montrer leur profond désaccord avec la réforme du système des pensions initiée par le gouvernement fédéral. "Nous voulons surtout conscientiser la population pour que les mesures prévues par le gouvernement ne passent pas aussi facilement que celles qui ont déjà été prises", précise Nicolas Deprets, attaché de presse du secrétaire général de la FGTB.

Celui-ci dénonce une série de projets sur la table du gouvernement comme la pension à points "dont on ne connaît rien à part le nom". Ce système, envisagé par le ministre fédéral des Pensions, Daniel Bacquelaine, accordera des points aux citoyens en fonction de leur carrière, qui seront ensuite convertis en pension. Or, "on ne connait pas et on ne connaitra pas la valeur du point accordée". "Elle sera utilisée comme une variable d'ajustement budgétaire, ce qui est très dangereux", craint l'attaché de presse. Pour la CSC, "le gouvernement ne cherche par ce système qu'à relever l'âge de la pension au-delà de 67 ans", juge-t-elle dans son argumentaire développé en vue de la manifestation.

La CGSLB déplore pour sa part "que le gouvernement agisse dans son coin alors que nous aurions pu aboutir à des résultats plus satisfaisants autour de la table de négociation". "Puisque le gouvernement persiste à ignorer nos arguments et nos propositions, nous allons élever le ton."

Le front commun revendique notamment le maintien des droits acquis dans les pensions des secteurs public et privé, une pension permettant de vivre dignement, une véritable reconnaissance de la pénibilité des carrières professionnelles ou encore une revalorisation des carrières des femmes.

La Stib roulera normalement, les Tec perturbés

Si le service de la Stib sera assuré normalement, le réseau des Tec sera perturbé. L'incertitude reste de mise pour le trafic ferroviaire, la CGSP Cheminots ayant déposé un préavis de grève.

Le réseau des transports en commun en Wallonie s'attend à des perturbations mardi, certains agents des Tec participant à la manifestation. Le Tec du Brabant wallon annonce lundi que 90% des services seront assurés. Dans le Hainaut, 40% de la circulation sera assurée à Mons, 50% dans le Borinage, 20% dans le centre et 70% dans le Hainaut occidental, selon les prévisions du Tec.

Le Tec de Charleroi renvoie vers sa page Facebook et Twitter où il informera les voyageurs des parcours supprimés tandis que des retards et/ou suppressions ne sont pas à exclure pour la région de Liège-Verviers. Quelques lignes sont d'ores et déjà supprimées pour le Tec de Namur/Luxembourg. Pour plus d'informations, les voyageurs sont invités à consulter le site www.infotec.be.

Du côté du rail, un préavis de grève a été déposé par la CGSP Cheminots, pour permettre à ses affiliés de manifester à Bruxelles. Un dépôt décrié par la SLFP Cheminots car il risque de mettre en péril le transport de certains manifestants qui comptaient sur le rail pour se rendre dans la capitale.

La SNCB précise qu'elle "espère réduire au maximum l'impact sur le trafic ferroviaire". Elle a demandé aux "éventuels absents" de la prévenir "afin de prendre les mesures nécessaires" pour assurer la circulation. Par ailleurs, elle ajoute que "des mesures dans les gares, comme une fermeture temporaire de certains accès, pourraient être prises" à la demande des services de sécurité, à partir de 9h00 mardi et jusqu'à la fin de la manifestation (vers 15h00). Une forte affluence est aussi attendue dans les gares bruxelloises.

Pour la Stib, les trois syndicats - FGTB, CSC, CGSLB - ont certifié que le service serait assuré normalement afin de "transporter un maximum de manifestants".

La circulation sur les routes sera également perturbée. Outre les usagers qui préfèreront leur voiture à l'incertitude des transports en commun, de nombreux affiliés se rendront en cars à Bruxelles. "Juste pour la FGTB, on a prévu plus de 300 cars", signale M. Deprets.

Le cortège démarrera de la gare du Nord à 11h00 après les discours tenus par les représentants des trois syndicats dès 10h30. Les manifestants suivront ensuite le parcours classique jusqu'à la gare de Bruxelles-Midi. La FGTB espère entre 30.000 et 50.000 manifestants, la CSC en souhaite plus de 20.000.

En savoir plus sur:

Nos partenaires