Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

06/06/17 à 15:48 - Mise à jour à 16:16

Les exploits inédits de Donald Trump

Susan Rice, l'ancienne ambassadrice des Etats-Unis aux Nations Unies, a raison d'écrire que quatre mois et demi, ce n'est pas long... sauf pour Donald Trump ! En si peu de temps, le nouveau locataire de la Maison Blanche a réussi l'exploit de réaliser des choses extraordinaires.

Les exploits inédits de Donald Trump

© Reuters

D'abord, Donald Trump a sorti son pays des négociations visant à mettre sur pied un accord de libre-échange avec onze autres pays bordant l'océan Pacifique. Un accord dont était exclue la Chine et qui était favorable aux entreprises américaines. Résultat de cette volte-face: aujourd'hui, ces onze pays déçus n'ont d'autre choix que de se tourner vers la Chine. Celle-ci ne pouvait rêver meilleur cadeau. Merci Donald.

Autre exemple: au cours de ces derniers mois, le président Trump a indiqué à ses interlocuteurs au Moyen-Orient qu'il mettait les principes démocratiques américains derrière leur intérêt sécuritaire. Message 100% entendu par les pétromonarchies du Golfe et même par l'Egypte. Les pays concernés ont aujourd'hui la main lourde pour réprimer toute forme de contestation, comme la minorité chiite du minuscule Etat de Bahreïn, ou la restriction des libertés en Egypte sous couvert de lutte contre le terrorisme. On dit souvent que les Etats possèdent une armée, mais en Egypte, c'est l'inverse, c'est l'armée qui possède l'Etat... Mais bon, comme Donald Trump et son administration ferment les yeux, il n'y a pas de raison d'y aller à fond dans la répression et dans la main mise de l'économie locale. Merci Donald.

Même chose lorsque Trump est venu à Bruxelles visiter les nouveaux locaux de l'OTAN et qu'il a refusé de confirmer que les Etats-Unis s'engageraient automatiquement aux côtés d'un des membres de l'OTAN en cas d'attaque par un ennemi externe. Cette absence de confirmation a permis à la chancelière allemande Angela Merkel de dire tout haut ce que pensent les diplomates tout bas: désormais, l'Europe devra compter sur elle-même. Merci Donald.

Partager

La Chine n'a plus besoin d'améliorer ses relations publiques auprès des Occidentaux, Trump le fait pour elle

Et puis, le pompon de la pensée trumpienne est venu la semaine dernière lorsqu'après avoir suscité un suspens de mauvais goût sur une question aussi importante que le climat, le président américain a indiqué qu'il retirait son pays de l'accord de Paris sur le réchauffement climatique. Et tout cela pourquoi ? Simplement parce qu'il estime qu'à défaut d'être une intox, les mesures prises dans le cadre de cet accord vont nuire aux entreprises et aux mineurs américains. Ce rejet de l'accord de Paris est en même temps un rejet des deux plus grandes forces civilisationnelles de notre temps: la diplomatie et la science. Trump oublie cependant une chose, si rien ne bouge en matière de climat, sa superbe propriété de Mar-a-Lago en Floride sera sous les eaux en 2060... Quant aux ouvriers mineurs, ils sont moins nombreux aujourd'hui que les employés qui travaillent pour les parcs d'attraction de Disney...

Pendant ce temps, la Chine ne cache pas son plaisir: elle n'a plus besoin d'améliorer ses relations publiques auprès des Occidentaux, Trump le fait pour elle. C'est étonnant de voir qu'un pays comme la Chine a confirmé son soutien à l'accord sur le climat de Paris, tandis que les Etats-Unis vont rejoindre les deux seuls pays non signataire de cet accord, la Syrie et le Nicaragua !

Alors, oui, en quatre mois et demi, Trump a réussi à décrédibiliser les Etats-Unis aux yeux du monde entier. C'est vraiment un exploit que personne n'avait réussi avant lui. Merci Donald.

En savoir plus sur:

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires