Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

06/12/17 à 15:23 - Mise à jour à 15:23

'Les États-Unis se transforment en paradis fiscal sous nos yeux'

La fin d'année approche à grands pas et le moins qu'on l'on puisse dire, c'est que ce fut une année trumpienne...

'Les États-Unis se transforment en paradis fiscal sous nos yeux'

Donald Trump © REUTERS/Jonathan Ernst

Pour nous autres francophones, il y a hélas en cette fin d'année les décès coup sur coup de Jean d'Ormesson et de Johnny Halliday qui nous attristent énormément, mais pour le reste du monde, l'actu, c'est encore et toujours Donald Trump. Comme me le confiait hier soir à Lille un économiste de renom, voilà un président des États-Unis qui a l'art de mettre du sel sur toutes les plaies béantes. Je ne vais pas vous parler de sa volonté très controversée de transférer l'ambassade d'Israël de Tel-Aviv vers Jérusalem, ni même du fait que son administration soutient le combat d'un pâtissier de Denver qui a refusé de confectionner un gâteau de mariage pour un couple homosexuel. Non, je vais vous parler de la seule chose qui intéresse les investisseurs: sa réforme fiscale.

Comme vous le savez, depuis le début de l'année, Donald Trump accumule les échecs et au final, il n'est parvenu à imposer aucune de ses réformes. À tel point que les Chinois pensent qu'il est un tigre de papier, comme ils disent lorsqu'ils désignent un chien qui aboie, mais ne mord pas. Mais là, sauf surprise de dernière seconde, Donald Trump va réussir à faire passer une réforme fiscale d'une ampleur que les États-Unis n'ont plus vue depuis Ronald Reagan dans les années 80. En clair, il va faire passer l'impôt des sociétés de 35% à 20% ou alors 22%. Mais peu importe, c'est une baisse énorme.

Cette baisse de l'impôt des sociétés est un énorme pari, celui de penser qu'elle va générer assez d'investissements pour effacer son coût. Car c'est bien de cela qu'il s'agit, cette réforme n'est en effet pas financée, et dans un premier temps, elle va aggraver le déficit budgétaire des États-Unis.

Les républicains qui vont voter cette loi sont en porte-à-faux avec leur précepte de rigueur budgétaire, car ils ont bloqué plusieurs réformes de Barack Obama sous prétexte qu'elles allaient coûter de l'argent à l'État. Mais ici, leur argument a sauté pour plusieurs raisons. La première, c'est qu'en baissant l'impôt des sociétés, les républicains font plaisir à leurs donateurs qui sont de grandes sociétés. Ensuite, les républicains sont victimes d'un chantage de Donald Trump. Ce dernier leur avait déjà dit que si cette réforme ne passait pas, la Bourse de New York allait dégringoler et qu'il dirait très clairement que c'est de leur faute. Or, comme ces parlementaires ont des élections d'ici un an, ils n'avaient pas envie d'affronter les urnes avec le risque d'être accusé d'avoir ruiné l'épargne de leurs électeurs en Bourse.

Partager

À ceux qui se demandent à quoi servent les scandales financiers comme les Panama Papers ou les Paradise Papers, ils ont leur réponse: à rien, ou presque...

Et ce n'est pas tout. Dans cette réforme fiscale, Donald Trump souhaite permettre aux multinationales comme Apple ou Google, qui ont des centaines de milliards de dollars en trésorerie à l'étranger, de pouvoir rapatrier tout cet argent aux États-Unis. Mais pour les inciter à le faire, il leur propose de les taxer à un taux faible, autour des 14% contre 35% actuellement. En clair, Donald Trump est en train de mettre sur pied une gigantesque amnistie fiscale pour les multinationales américaines qui disposent de cash à l'étranger.

Autant tout le monde parle de cette ambassade à Jérusalem, autant personne ou presque ne parle de ces aspects économiques qui sont pourtant extrêmement importants, car les États-Unis se transforment en paradis fiscal sous nos yeux. À ceux qui se demandaient à quoi pouvaient servir les scandales financiers comme les Panama Papers ou les Paradise Papers, ils ont maintenant leur réponse: à rien, ou presque...

Nos partenaires