"Les bonnes nouvelles pour la Belgique, c'est sans doute fini !"

17/06/11 à 15:28 - Mise à jour à 15:28

Source: Trends-Tendances

Peter Vanden Houte, économiste en chef d'ING Belgique, ne partage pas l'optimisme de la BNB quant à l'avenir immédiat de la Belgique : "Le stock de bonnes nouvelles économiques est probablement épuisé !"

"Les bonnes nouvelles pour la Belgique, c'est sans doute fini !"

© Montage Thinkstock

La reprise économique, pourtant guère vigoureuse, devrait faiblir au cours des prochains trimestres, selon les prévisions économiques d'ING, qui table sur une croissance pour la Belgique de 2,3 % cette année et de 1,7 % en 2012. En milieu de semaine, la Banque nationale avait fait part de prévisions sensiblement plus optimistes pour le pays : 2,6 % en 2011 et 2,2 % en 2012.

Pour la zone euro, ING prévoit 1,9 % de croissance cette année et 1,5 % en 2012.

"Des facteurs sous-jacents de croissance sont là, comme la reprise du commerce mondial ou la bonne santé financière des entreprises, a relevé Peter Vanden Houte, économiste en chef d'ING Belgique. Mais les derniers indicateurs montrent une décélération de la croissance. Ce qui n'est pas anormal après une crise financière."

La croissance de l'économie belge devrait donc ralentir dans les prochains mois, après avoir enregistré un quatrième trimestre de 2010 et un premier trimestre de 2011 particulièrement robustes, tirée par la locomotive allemande.

A ce ralentissement de la conjoncture s'ajoute le cas de la Grèce qui fait face à une dette colossale de plus de 150 % de son PIB et inquiète toute la zone euro. "La Belgique n'est pas insensible aux troubles grecs car un défaut de la Grèce pourrait avoir un impact sur les taux longs belges", a averti Peter Vanden Houte.

"La récréation est maintenant terminée !", a résumé l'économiste, estimant qu'il est désormais plus que temps que la Belgique se dote d'un gouvernement de plein exercice. "La situation actuelle est devenue plus dangereuse car le stock de bonnes nouvelles économiques pour la Belgique est probablement épuisé, et parce que les dangers qui nous entourent sont plus importants."

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires