Les bâtiments et infrastructures belges ne rapportent pas assez

28/11/16 à 11:02 - Mise à jour à 11:02

Source: Belga

Les revenus issus des bâtiments et des infrastructures en Belgique se sont élevés à 70,77 milliards d'euros en 2016, soit 28% du produit intérieur brut (PIB) du royaume ou 6.203 euros par habitant, révèle une étude de la société de conseil et de conception Arcadis.

Les bâtiments et infrastructures belges ne rapportent pas assez

Bruxelles vue du ciel. © Belga

Sur base d'un calcul par habitant, le rendement économique que la Belgique tire de ses bâtiments et infrastructures est le 27e des 36 pays analysés.

"Des pays disposant d'une échelle et d'un contexte économique comparables, comme les Pays-Bas (9e), la Suisse (13e) et le Danemark (15e), laissent notre pays loin derrière eux. La Belgique est le pays le moins performant de la zone euro", constate Arcadis dans un communiqué. Avec 12.787 euros par habitant, les Pays-Bas dégagent deux fois plus de rentabilité économique de leurs actifs bâtis que la Belgique, et même l'Allemagne (11.785 euros) et la France (11.577 euros) sont près de deux fois plus productifs.

Exprimés en pourcentage du PIB, les revenus des bâtiments et des infrastructures en Belgique (28%) sont par contre comparables à ceux d'économies occidentales matures comme l'Allemagne (26%), les Pays-Bas (28%) et les USA (30%). L'économie des services y est plus développée que dans les pays émergents et requiert donc moins de bâtiments et d'infrastructures, selon Arcadis.

La société de conseil remarque que le morcellement de l'aménagement du territoire en Belgique se traduit notamment par "un trafic dense entre le domicile et le lieu de travail et par d'inévitables embouteillages", ce qui s'avère "néfaste pour la productivité de notre économie et la longévité de nos infrastructures". Arcadis estime également que nos réseaux de transports publics ne sont pas assez complémentaires et que les infrastructures belges dans les transports sont sous-exploitées.

Et dans le patrimoine industriel, Arcadis relève "énormément d'espaces et de terrains non utilisés voire à l'abandon, notamment dans les des agglomérations urbaines."

En savoir plus sur:

Nos partenaires