Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

10/11/14 à 11:23 - Mise à jour à 11:23

Les Allemands ont fêté les 25 ans de la chute du Mur

Dimanche, à Berlin, les Allemands ont fêté les 25 ans de la chute du Mur. Les Allemands sont fiers et à juste titre de cet événement.

Les Allemands ont fêté les 25 ans de la chute du Mur

Mur de Berlin © Reuters

D'abord, parce qu'au départ, cette réunification a provoqué un choc économique très violent : des millions de postes en Allemagne de l'Est avaient été supprimés par le passage à une économie de marché.

Il y a eu aussi un départ de 2 millions de personnes de l'est vers l'ouest et le déficit allemand a explosé suite à la généralisation des aides sociales généreuses de l'Allemagne de l'Ouest aux compatriotes de l'Est. Il faut dire que Helmut Kohl, le chancelier de l'époque, contre les avis de tous ses économistes, a imposé une parité de 1 ostmark contre 1 deutschemark alors que le rapport était sans doute plus proche de 1 à 10 !

Mais bon, aujourd'hui, on voit le résultat : si l'Allemagne a été considérée pendant quelques années comme l'homme malade de l'Europe, ce n'est plus le cas aujourd'hui ! Le pays est même redevenu le premier de la classe. Et avoir Angela Merkel à sa tête est tout un symbole puisque la chancelière allemande a grandi en Allemagne de l'Est !

Partager

Pour les Allemands, lâcher un deutschemark fort et respecté pour une monnaie européenne inconnue, ce n'était pas un geste anodin.

Par ailleurs, ce qu'il faut également savoir, c'est que si nous avons des euros en poche, c'est aussi grâce à la réunification allemande. Là encore, lorsque le Mur de Berlin est tombé, tant les Britanniques que les Français ont pris peur. Peur de quoi ? Mais de voir une Allemagne réunifiée et devenir de facto le pays le plus peuplé d'Europe et donc indirectement le plus puissant de la zone. Margaret Tatcher n'était pas très ravie de cette éventuelle unification, qui lui rappelait de mauvais souvenirs... Sans doute s'est-elle souvenue de ce que disait l'ancien premier ministre Winston Churchill : "les Allemands quand vous ne les avez pas à genoux, vous les avez à la gorge".

Quant à François Mitterrand, la réunification de l'Allemagne ne l'enchantait pas non plus et ce pour les mêmes raisons. C'est donc lui qui a proposé à Helmut Kohl de faire un geste fort en direction de l'Europe et ce geste fort, c'est la création de l'euro, la devise monétaire européenne. Pour les Allemands, lâcher un deutschemark fort et respecté pour une monnaie européenne inconnue, ce n'était pas non plus un geste anodin.

Helmut Kohl a accepté de créer l'euro pour rassurer la France, mais en précisant bien que la banque centrale européenne, qui devrait gérer l'euro, devra être située à Francfort et être indépendante comme la banque centrale allemande. Finalement, c'est ce qui s'est passé ! La réunification est d'ailleurs un tel succès, que des experts coréens viennent régulièrement en Allemagne pour étudier dans le détail la facture de la réunification ; on ne sait jamais si le scénario devait se reproduire entre la Corée capitaliste du sud et ses frères communistes du nord, autant être prêt.

Nos partenaires