Les 4 idées de Chastel pour "dégraisser" l'Etat belge

16/02/12 à 09:55 - Mise à jour à 09:55

Source: Trends-Tendances

Fonctionnaires non remplacés, révision de l'indexation des salaires, taxe sur les billets d'avion, nouvelle amnistie fiscale : le ministre du Budget entrevoit plusieurs pistes pour réaliser encore des économies au niveau fédéral. Revue de détail.

Les 4 idées de Chastel pour "dégraisser" l'Etat belge

© Image Globe/Benoît Doppagne

Olivier Chastel, ministre (MR) du Budget, s'est déclaré jeudi "persuadé qu'il y a encore moyen de réaliser des économies" dans les dépenses fédérales, notamment en ne remplaçant pas une partie des départs à la pension dans la fonction publique.

Invité de Bel RTL, Olivier Chastel a indiqué que le niveau de l'effort attendu lors du prochain contrôle budgétaire, à la fin du mois, se situait entre 2 milliards et 2,5 milliards d'euros. Il a confirmé par ailleurs que le gel technique d'un montant de 1,3 milliard, effectué à la demande de la Commission européenne, serait levé.

1. Non-remplacement des fonctionnaires

"Il y aura une discussion politique" sur les moyens à trouver, a-t-il dit. Le ministre se dit toutefois "persuadé qu'il y a encore moyen de faire des économies" au fédéral, notamment dans "les dépenses facultatives et les dépenses administratives". En fonction des départements, le non-remplacement des départs à la pension doit être envisagé, selon lui.

2. Révision de l'indexation des salaires

Le ministre du Budget préconise aussi une révision non "pas du principe" mais du "fonctionnement" de l'indexation des salaires, afin de réduire les dépenses de l'Etat et de renforcer la compétitivité des entreprises.

3. Nouvelles taxes : sur les billets d'avion et les intercommunales

Interrogé sur la position du MR dans le débat fiscal, Olivier Chastel a exclu une augmentation de la TVA mais s'est montré ouvert à une taxe sur les billets d'avion et favorable à une taxe sur les intercommunales.

4. Nouvelle amnistie fiscale

Le ministre s'est également déclaré partisan d'une nouvelle opération de régularisation des avoirs placés frauduleusement à l'étranger. Ceux-ci seront "taxés à l'entrée" et rapporteront des moyens "année après année" à travers le précompte, a-t-il dit.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires