Les 3 commandements du FMI à Di Rupo Ier

27/01/12 à 19:08 - Mise à jour à 19:08

Source: Trends-Tendances

Nécessaire mais pas suffisant : telle pourrait être la conclusion de l'enquête du FMI sur la Belgique selon Di Rupo Ier. Le Fonds énumère trois pistes pour des efforts supplémentaires. Mots-clés : dépenses, pensions, banques.

Les 3 commandements du FMI à Di Rupo Ier

© Reuters

Belgique : le FMI salue des pas du gouvernement dans la bonne direction...

Le nouveau gouvernement fédéral a pris des mesures allant dans la bonne direction, notamment pour assainir les finances publiques et réformer le marché de l'emploi, mais d'autres mesures seront nécessaires pour faire face aux coûts du vieillissement et réduire la dette publique, a constaté le Fonds monétaire international à l'issue d'une mission menée en Belgique.

Chaque année, une équipe d'experts du FMI se rend en décembre dans notre pays pour ausculter l'économie belge. Cette année, la mise en place du gouvernement Di Rupo a quelque peu chamboulé les habitudes des experts du FMI qui ont procédé en deux étapes : mission technique en décembre et contacts politiques avec le gouvernement durant cette semaine.

Le programme du nouveau gouvernement fédéral va dans la bonne direction pour s'attaquer aux problèmes qui minent de longue date l'économie belge, constate le FMI, au sujet notamment de la volonté du gouvernement de réduire le déficit public sous la barre des 3 % du PIB. "Mais des efforts supplémentaires seront nécessaires après 2012", a averti Erik De Vrijer, chef de la délégation.

... Mais énumère trois commandements pour Di Rupo Ier

1. Réduction des dépenses. Selon ce dernier, le gel des dépenses à hauteur de 1,3 milliard d'euros est sans doute "une partie de l'effort qui est nécessaire". Il estime aussi que l'accent devra être mis sur une réduction des dépenses.

2. Hausse de l'âge effectif de départ à la retraite. Le FMI a également salué les réformes initiées sur le marché de l'emploi et estime que, plutôt que l'âge légal de la retraite, c'est l'âge effectif de départ à la retraite qui doit être relevé, ce qui permettrait de garantir la viabilité du système belge des pensions.

3. Augmentation de capital par les banques. S'agissant du secteur financier belge, le FMI constate que les interventions de l'Etat en fin d'année ont permis une stabilisation. Mais des banques devront augmenter leur capital afin de pouvoir absorber d'autres chocs. "Plusieurs moyens sont possibles pour y arriver : en réservant une partie des bénéfices, en faisant appel à des actionnaires supplémentaires ou en vendant des actifs", a illustré Erik De Vrijer.

... Tout en prévoyant une croissance nulle de l'économie belge en 2012

Les efforts demandés à la Belgique sont d'autant plus importants que l'économie belge devrait connaître une croissance nulle cette année, avant une lente reprise par la suite et une croissance prévue à 0,8 % du PIB en 2013, ressort-il des conclusions rendues vendredi par le FMI.

La Belgique, dont l'économie est l'une des plus ouvertes au monde, n'échappe pas aux turbulences de la zone euro. L'économie belge est déjà sur le chemin de la récession, constate le FMI, qui prévoit une stagnation du PIB belge, voire une légère contraction de - 0,1 % en 2012.

Ces prévisions de "croissance" sont plus pessimistes - peut-être parce que plus récentes - que les prévisions formulées par la Banque nationale de Belgique ou par l'OCDE (+ 0,5 %).

Pour l'année prochaine, le FMI table sur une lente reprise de l'économie belge, avec une progression du PIB qui devrait toutefois rester inférieure à 1 %, aux alentours de 0,8 %. Dans ce contexte, le chômage devrait à nouveau repartir à la hausse, prévoit le FMI, les récentes réformes du gouvernement fédéral en matière d'emploi demandant un certain temps avant de produire leurs effets.

Le FMI s'attend en outre à ce que l'inflation reste supérieure à 2 % en 2012, ce qui risque de mettre le budget fédéral sous pression et d'affaiblir la compétitivité de la Belgique.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires