Le tableau de bord de Kris Peeters pour mesurer la compétitivité belge

16/06/15 à 11:14 - Mise à jour à 11:14

Source: Belga

Le ministre de l'Economie Kris Peeters a présenté lundi avec le SPF Economie un tableau de bord de la compétitivité reprenant une cinquantaine d'indicateurs qui permettront de mesurer deux fois par an l'évolution de la concurrence par rapport à l'Allemagne, la France et les Pays-Bas.

Le tableau de bord de Kris Peeters pour mesurer la compétitivité belge

Kris Peeters © Belga

Le tableau est complété à ce stade par des chiffres d'Eurostat de 2012, 2013 et 2014 qui confirment une situation mitigée pour la Belgique.

Kris Peeters observera plus particulièrement, dans le cadre du champ de ses compétences, la relation entre la productivité et le coût salarial. Certains affirment que le coût salarial peut être défendu dès lors que la Belgique présente de bons résultats en productivité. "La productivité a toujours été élevée en Belgique mais on observe qu'elle stagne depuis 2008 alors que le coût salarial a lui augmenté jusqu'en 2013-2014 (début de la modération salariale), années lors desquelles les salaires ont à nouveau augmenté en Allemagne", a-t-il relevé.

Ces dernières années, la Belgique excelle plus en termes de productivité qualitative (innovation, économie numérique, entrepreneuriat, diplômes) qu'en termes de "compétitivité prix" (coût salarial...).

Le coût salarial se justifie généralement par la qualité de la protection sociale du pays mais la "synthèse de développement durable et de cohésion sociale" laisse apparaître des résultats en baisse en 2013 avec une population à risque de pauvreté ou d'exclusion atteignant 20,8%, la pire des situations pour les quatre pays étudiés.

Le ministre de l'Economie sera également particulièrement attentif à la part d'exportation, "insuffisante" aujourd'hui, des petites et moyennes entreprises hors de la zone euro, en Chine notamment.

Soucieux d'exécuter l'accord de gouvernement, Kris Peeters a dit vouloir "encourager les exportations, en collaboration avec les Régions, continuer à oeuvrer à la baisse du coût du travail, améliorer la situation du marché de l'emploi, examiner la situation de la recherche et du développement, en concertation avec les autres niveaux de pouvoir, et réaliser un tax shift".

Le tableau de bord présenté lundi ne fait pas référence à la récente enquête d'Eurostat de juin 2015 plaçant les familles belges parmi les plus satisfaites en Europe occidentale, avec une augmentation du revenu annuel net de 2.820 euros (+17%) entre 2008 et 2013.

En savoir plus sur:

Nos partenaires