Le système "cash for car" aura peu d'effet sur les problèmes de mobilité

29/06/18 à 11:10 - Mise à jour à 11:10

Source: Belga

Le système "cash for car" aura peu d'effet sur les problèmes de mobilité, affirme vendredi le secrétariat social Partena Professional sur base d'un sondage réalisé en mai à sa demande par le bureau iVOX auprès de 1.000 Belges.

Le système "cash for car" aura peu d'effet sur les problèmes de mobilité

© Getty Images/iStockphoto

Afin de lutter contre la congestion automobile, la chambre a approuvé le 16 mars dernier le projet de loi qui offre la possibilité aux travailleurs qui disposent depuis suffisamment longtemps d'une voiture de société de la restituer contre une "allocation de mobilité".

Celle-ci est soumise au même statut fiscal et social avantageux que celui de la voiture de société. Selon Partena, l'impact de la mesure serait toutefois limité. En effet, près de la moitié des Belges qui échangeraient leur voiture de société contre du cash s'achèteraient une voiture privée à la place, selon ce sondage.

Quatre Belges sur dix prêts à abandonner leur voiture de société contre une augmentation de salaire

Dans le détail, près de quatre Belges sur 10 (38%) accepteraient d'abandonner leur voiture de société contre une augmentation de leur salaire mensuel net de 740 euros en moyenne. Avec cet argent, près de la moitié s'achèteraient toutefois une petite voiture personnelle. Près d'un quart achèteraient un vélo.

De plus, selon ce Baromètre de Partena Professional, plus d'un Belge sur 10 (12%) qui possède une voiture de société ne se rend jamais au travail avec cette dernière. La principale raison est la proximité avec le lieu de travail pour 51% d'entre eux, suivie des embouteillages pour 13% et de l'utilisation des transports en commun pour 12%. Par ailleurs, seuls deux Belges sur 10 (22%) ont déjà reçu des propositions d'alternatives à la voiture de la part de leur employeur pour se rendre au travail ou se déplacer pendant les heures de travail. La plus fréquente est l'indemnité vélo (64%), bien plus populaire en Flandre qu'en Wallonie (72% contre 39%, et 63% à Bruxelles).

Enfin, la principale motivation pour abandonner sa voiture est de respecter davantage l'environnement (37%), avant le fait d'éviter les embouteillages (30%) et de diminuer son temps de trajet (29%).

Nos partenaires