Le sommet Sarkozy-Merkel déçoit les Bourses et Verhofstadt

17/08/11 à 10:28 - Mise à jour à 10:28

Source: Trends-Tendances

Le chef de file des libéraux européens, Guy Verhofstadt, s'est déclaré mercredi déçu par les mesures proposées par la France et l'Allemagne pour améliorer la gouvernance de la zone euro. Une déception partagée par les Bourses européennes qui semblent mal digérer le rejet d'euro-obligations pour endiguer la crise de la dette.

Le sommet Sarkozy-Merkel déçoit les Bourses et Verhofstadt

© Image Globe / OLIVIER HOSLET

Mardi, la plupart des places européennes avaient déjà clôturé en baisse avant la fin du sommet franco-allemand, sceptiques sur son issue. Ce mercredi matin, Paris a ouvert en baisse de 0,58%, Londres de 0,78%, Francfort de 1,41%, Madrid de 0,59%, Milan de 1,02% et Lisbonne de 0,57%. La Bourse suisse a perdu 0,91%. A Bruxelles, l'indice Bel 20 perdait près de 0,8% vers 9h40.

La chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy ont annoncé une batterie de mesures mardi soir: gouvernement économique de la zone euro, "règle d'or" budgétaire, convergence fiscale, taxe sur les transactions financières.

Pour Guy Verhofstadt, ces propositions ne visent "absolument pas à créer un gouvernement économique" pour la zone euro, a-t-il affirmé à la VRT-radio."Bien que j'accueille favorablement la déclaration commune en faveur d'un gouvernement économique, je ne vois pas vraiment comment un conseil des chefs d'Etat et de gouvernement se réunissant tous les six mois peut l'assurer", a-t-il précisé dans un communiqué.

Les dirigeants français et allemand ont proposé que ce nouveau gouvernement économique, qui sera nommé pour deux ans et demi et se réunira deux fois par an, soit dirigé par l'actuel président du Conseil européen, l'ancien Premier ministre belge Herman Van Rompuy.

"C'est six fois moins (de réunions) que leurs collègues de l'Eurogroupe (qui rassemble les ministres des Finances des dix-sept pays de la zone euro)", a fait observer M. Verhofstadt, plaidant pour que la gouvernance économique de la zone euro soit assurée par la création d'un "cabinet interne" au sein de la Commission regroupant les commissaires responsables pour la zone euro et dirigé par l'actuel commissaire aux affaires économiques - le Finlandais Olli Rehn.

Signe que le sommet franco-allemand a échoué à rassurer les marchés, l'euro baissait face au billet vert, atteignant même un plus bas à 1,4352 dollar dans la nuit à Tokyo.

Trends.be avec Belga

Nos partenaires