Le SNI et l'UCM satisfaits de l'arrondissement des paiements

07/02/14 à 15:47 - Mise à jour à 15:47

Source: Trends-Tendances

Le SNI et l'UCM ont réagi avec satisfaction à la décision du gouvernement qui a approuvé un projet de loi autorisant à arrondir le montant total d'un paiement en euros au multiple de 5 centimes le plus proche.

Le SNI et l'UCM satisfaits de l'arrondissement des paiements

Selon une étude du SNI, 85% des commerçants demandent l'instauration d'un cadre légal pour l'arrondissement des prix prévoyant l'arrondissement aux 5 cents près. "Dans tous les cas, les commerçants seront satisfaits de la disparition des petites pièces en euros", souligne le SNI.

Le SNI émet toutefois quelques remarques. "Les caisses enregistreuses et factures devront être adaptées pour éviter des problèmes de TVA. Dans des domaines où un plafond pour le prix maximum est imposé, il risque d'y avoir des problèmes. C'est par exemple le cas dans le secteur pétrolier. Et puis il y a la Loi sur les pratiques du commerce du 6 avril 2010, qui prévoit que le prix indiqué doit être le prix total que le consommateur doit payer. Via l'arrondissement du montant, il y aura une différence entre le prix indiqué et le montant total que le consommateur doit payer et qui va à l'encontre de cette loi. Une modification est donc nécessaire", estime le SNI.

"C'est une très bonne nouvelle", pour l'UCM, qui réclamait "cette mesure depuis plusieurs années". "Les pièces de 1 et de 2 centimes sont une nuisance et la plupart des magasins les ont déjà supprimées. Elles ne sont pas utilisées dans l'horeca", souligne encore l'UCM. "Ces pièces sont superflues. La Finlande ne les a jamais mises en circulation. Les Pays-Bas les ont supprimées dès 2004", rappelle l'UCM. L'Union flamande des indépendants (Unizo), a aussi réagi avec satisfaction à la mesure du gouvernement.

Comeos satisfait du "scénario d'extinction des pièces de 1 et 2 cents" Comeos, la fédération du commerce et des services en Belgique, est satisfaite de la décision du gouvernement qui a approuvé un projet de loi autorisant à arrondir le montant total d'un paiement en euros au multiple de 5 centimes le plus proche. "Le commerce espère maintenant savoir rapidement quand la mesure entrera en vigueur", souligne Comeos vendredi dans un communiqué.

Pour le commerçant, la disparition des pièces de 1 et 2 cents est une bonne chose, selon Comeos. "Nous y avions posé trois conditions", indique Dominique Michel, administrateur délégué de Comeos. "Leur retrait devait être progressif, l'arrondi ne devait être effectué que sur le montant total facturé à la caisse et la règle devait s'appliquer à tous les modes de paiement. Donc aussi aux paiements par carte". Le conseil des ministres a retenu ces trois conditions, estime Comeos.

Test-Achats redoute des arrondissements à la hausse L'association de défense des consommateurs, Test-Achats, craint que "certains commerçants profitent pour arrondir 'préventivement' leurs prix à la hausse", à la suite de la décision du gouvernement qui a approuvé un projet de loi autorisant à arrondir le montant total d'un paiement en euros au multiple de 5 centimes le plus proche. "Il est en effet incontestable que ce risque ne peut être écarté, d'autant plus que la fixation des prix est libre dans la plupart des secteurs", souligne Test-Achats.

"Si des mesures sont prises, elles devraient être harmonisées pour toute la zone euro. A ce jour, seuls la Finlande et les Pays-Bas ont pris des initiatives dans ce sens. Quoi qu'il en soit, Test-Achats ne comprend pas la précipitation avec laquelle cette mesure a été adoptée par le conseil des ministres, sans aucune concertation préalable avec les consommateurs et leurs représentants", explique encore l'association.

Selon Test-Achats, d'autres initiatives auraient pu être encouragées pour stimuler la circulation de ces pièces (par exemple, certaines grandes surfaces disposent d'automates qui trient et comptent la monnaie et qui donnent en échange un bon d'achat). Une autre idée défendue par Test-Achats est celle de l'interdiction des surcharges (frais qui sont parfois comptés si on paie un petit montant par carte). "Cela augmenterait certainement le nombre de paiements par carte dans les commerces de détail", estime TA.

Nos partenaires