Le pétrole, seul nuage noir dans le ciel du FMI ?

11/04/11 à 17:05 - Mise à jour à 17:05

Source: Trends-Tendances

"Le principal risque pour la croissance concerne l'éventualité que les prix du pétrole surprennent de nouveau par leur vigueur à cause de perturbations dans l'offre", indique le FMI dans ses Perspectives économiques mondiales. Principal mais pas unique...

Le pétrole, seul nuage noir dans le ciel du FMI ?

© Thinkstock

Le Fonds monétaire international a estimé lundi que les perspectives de l'économie mondiale étaient "bonnes", sauf à imaginer un choc pétrolier, notant cependant que la croissance est insuffisante pour faire chuter des taux de chômage élevés.

Le FMI a laissé inchangée lundi sa prévision de croissance mondiale établie en janvier, à 4,4 % en 2011, après 5 % en 2010. Cette croissance se fait toujours à "deux vitesses", rapide dans les pays émergents et en développement (6,5 % prévus), plus lente dans les pays développés (2,4 %).

"Les perspectives économiques pour 2011-2012 sont bonnes, en dépit de la volatilité à nouveau causée par les craintes de perturbations de l'offre de pétrole, a relevé le FMI dans ses Perspectives économiques mondiales semestrielles. Le principal risque pour la croissance concerne l'éventualité que les prix du pétrole surprennent de nouveau par leur vigueur à cause de perturbations dans l'offre."

L'hypothèse principale du FMI repose sur un baril à 107 dollars en moyenne en 2011. Mais le Fonds en a examiné une autre où cette moyenne s'établirait à 150 dollars (contre 79 en 2010). Dans ce cas, les pays développés, l'Asie et l'Afrique subsaharienne perdraient 0,75 point de croissance, l'Amérique latine 0,5 point et les pays producteurs de pétrole verraient leur croissance s'élever.

Les économistes du FMI restent également inquiets face à la pénurie d'emplois : "La croissance n'est pas suffisamment forte pour entamer profondément des taux de chômage élevés. Quelque 205 millions de personnes recherchent encore un emploi, soit 30 millions de plus dans le monde qu'en 2007."

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires