Le monde peut résister à une rupture d'approvisionnement du pétrole

25/02/11 à 11:30 - Mise à jour à 11:30

Source: Trends-Tendances

La Maison Blanche a estimé jeudi que les Etats-Unis et le monde pouvaient faire face à une rupture d'approvisionnement en pétrole liée à la crise en Libye. Une analyse partagée par l'Agence internationale de l'énergie.

Le monde peut résister à une rupture d'approvisionnement du pétrole

© Epa

"Nous sommes en contact avec l'AIE (Agence internationale de l'énergie) et nous avons la capacité de réagir en cas de rupture d'approvisionnement", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney. "Les consommateurs et les producteurs ont des outils à disposition pour alimenter en pétrole le marché de manière adéquate", a insisté l'AIE. "L'AIE est toujours prête à activer immédiatement son mécanisme de réponse collective, si nécessaire. Collectivement, les membres de l'AIE ont 1,6 milliard de barils de stocks d'urgence, soit une couverture agrégée de 145 jours d'importation des membres", selon le communiqué de l'agence, basée à Paris.

Pour sa part, Jay Carney n'a pas précisé quelles mesures l'administration Obama pourrait prendre pour faire face à une telle situation.

Ces commentaires de la Maison Blanche interviennent après que trois parlementaires démocrates aient appelé le président Barack Obama à utiliser les réserves stratégiques de pétrole des Etats-Unis pour éviter une flambée des prix du brut en raison des troubles au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Les prix du pétrole se sont repliés jeudi à New York, le baril de référence cédant 82 cents à 97,28 dollars, sous pression en fin de séance, alors que le marché tentait de voir si d'autres pays producteurs pouvaient compenser pour les pertes de production en Libye.

Vastes capacités de production.

Selon l'AIE, Les producteurs "détiennent de vastes capacités (de production) disponibles". L'Arabie saoudite, premier producteur de l'Opep a annoncé que le cartel accroîtra sa production en cas de pénurie.

L'AIE estime que de 500.000 à 750.000 barils par jours de brut, soit moins de 1% de la consommation mondiale quotidienne, ont jusqu'à présent été retirés du marché.

Trends.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires