Le gel des salaires imposé par l'Etat

12/08/11 à 09:48 - Mise à jour à 09:48

Source: Trends-Tendances

La FGTB dénonce ce vendredi dans Le Soir et dans La Libre Belgique, une décision de l'administration de l'Emploi qui refuse de donner force obligatoire à des conventions sectorielles prévoyant des hausses de salaires supérieures à la norme salariale maximale fixée par le gouvernement dans son arrêté royal du 28 mars.

Le gel des salaires imposé par l'Etat

© Thinkstock

Les termes de cet arrêté royal prévoyant une marge maximale pour l'évolution des salaires de 0pc en 2011 et de 0,3pc en 2012, avaient été fixés par le gouvernement parce que les partenaires sociaux n'avaient pas réussi à se mettre d'accord sur l'évolution des salaires dans le cadre des négociations sur l'accord interprofessionnel.

Malgré cet arrêté royal, deux conventions ont été conclues entre patrons et syndicats dans le secteur de l'industrie d'extraction du petit granit et celui des carrières de grès prévoyant des augmentations salariales pour 2011 et des hausses supérieures à la norme fixée pour 2012.

L'administration de l'Emploi vient de faire savoir à la FGTB qu'elle refuse de donner force obligatoire à ces conventions.

Le président de la FGTB Liège, Marc Goblet, affirme que c'est la première fois qu'une autorité politique refuse de valider un accord intervenu entre employeurs et syndicats. "C'est la tradition belge de la convention sociale qui est foulée du pied", affirme-t-il. L'administration de l'Emploi indique, quant à elle, que si les autres années la marge d'augmentation salariale était indicative, cette année, elle est obligatoire.

Le responsable du syndicat socialiste parle de risque de "guérilla sociale".

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires