Le Fonds de secours de la zone euro bientôt "boosté" ?

12/01/11 à 11:21 - Mise à jour à 11:21

Source: Trends-Tendances

Les gouvernements des 17 pays de la zone euro envisagent de doper le Fonds de secours en augmentant la somme de prêts réelle actuellement de quelque 250 milliards d'euros. Soit en augmentant les garanties de prêts, soit en apportant des "modifications techniques".

Le Fonds de secours de la zone euro bientôt "boosté" ?

© Thinkstock

Les gouvernements des 17 pays de la zone euro envisagent d'augmenter le montant du Fonds de secours permanent en faveur des pays de la zone et de diminuer les taux alloués à l'Irlande, affirme mercredi Die Welt.

Le quotidien allemand, qui cite de hauts diplomates en poste à Bruxelles, affirme qu'il est concrètement envisagé d'augmenter la somme de prêts réelle actuellement de quelque 250 milliards d'euros, soit en augmentant les garanties de prêts, qui s'élèvent à 440 milliards d'euros, soit en apportant des "modifications techniques".

"Il faut délivrer aux marchés un signal politique crédible de détermination", a indiqué un diplomate au journal allemand. En discussion figure également la baisse des taux pour les pays en difficulté bénéficiant de ce fonds, comme l'Irlande.

Les taux alloués à l'Irlande pour les crédits accordés par les pays de l'UE et la Commission s'élèvent en moyenne à 5,8 %, selon la même source. Or, selon ces diplomates, ces taux sont bien supérieurs à la croissance irlandaise attendue et sont de fait trop élevés. Les taux doivent être réduits à "un niveau supportable", avance cette source.

Toutefois, précise le journal, il ne s'agit encore que de réflexions.

Le président de la Commission européenne veut augmenter rapidement le Fonds de secours de la zone euro

"La Commission européenne dit clairement que nous considérons que la capacité effective de prêt du Fonds doit être renforcée et que le champ d'action de ses activités doit être élargi", a affirmé mercredi José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, lors d'une conférence de presse. Il a jugé possible une décision dès le prochain sommet européen, prévu le 4 février.

Interrogé sur la logique de sa démarche, José Manuel Barroso a dit qu'un élargissement du Fonds serait une mesure de précaution nécessaire rassurer les marchés, mais qu'elle ne préjugerait en rien de son utilisation par le Portugal ou l'Espagne. Le Portugal est considéré comme le prochain candidat potentiel à une aide financière extérieure, après la Grèce et l'Irlande en 2010. Il a toutefois obtenu un répit mercredi, réussissant à placer près de 1,25 milliard d'euros de dette à un taux inférieur à 7 %.

La France et l'Allemagne ont réagi négativement à la proposition du président de la Commission : "Nous considérons que ce Fonds inscrit dans la durée est suffisamment important pour répondre aux demandes formulées par tel ou tel pays", a déclaré à Paris François Baroin, porte-parole du gouvernement hexagonal. Dôté allemand, le porte-parole de la chancelière Angela Merkel a affirmé qu'un élargissement du Fonds européen ne serait "ni sensé, ni nécessaire".

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires