Le FMI prête un milliard d'euros à Chypre

03/04/13 à 13:33 - Mise à jour à 13:33

Source: Trends-Tendances

Le Fonds monétaire international (FMI) va prêter un milliard d'euros à Chypre dans le cadre du plan de sauvetage de dix milliards conclu avec les Européens et les autorités de l'île, a annoncé mercredi sa directrice générale, Christine Lagarde.

Le FMI prête un milliard d'euros à Chypre

© EPA

Cet accord de prêt, conclu au niveau d'une mission du Fonds, "sera soumis au conseil d'administration pour approbation début mai", ajoute-t-elle dans un communiqué reçu à Paris.

"Une mission du Fonds monétaire international a conclu un accord avec les autorités chypriotes sur un programme économique qui sera soutenu par le FMI en partenariat avec l'Union européenne et la Banque centrale européenne".

"La contribution du FMI" à l'aide de 10 milliards d'euros promise en mars à Chypre "se fera par un prêt sur trois ans" d'un montant d'"environ un milliard d'euros (1,34 milliard de dollars)", précise-t-elle.

La patronne du Fonds estime que les autorités chypriotes ont mis en place "un programme ambitieux et pluriannuel pour affronter les défis économiques auxquels elles sont confrontées". "Ce programme repose sur deux jambes", affirme-t-elle: la première vise à "rétablir la santé du système financier" en restructurant et réduisant substantiellement le secteur bancaire, la seconde doit permettre de ramener la "dette publique sur une trajectoire soutenable".

Au bord de la faillite, Chypre a obtenu le 25 mars un plan de sauvetage international de 10 milliards d'euros, au prix d'une restructuration drastique de son système bancaire qui va mettre largement à contribution les gros clients des deux plus grandes banques de l'île.

Christine Lagarde avait déjà dit qu'elle recommanderait au FMI de participer financièrement à ce plan, sans toutefois préciser de montant.

Le nouveau ministre des Finances prend ses fonctions

Par ailleurs, le nouveau ministre chypriote des Finances Haris Georgiades a prêté serment mercredi au lendemain de la démission de son prédécesseur Michalis Sarris, entraîné dans la tourmente pour avoir dirigé en 2012 la banque Laïki, liquidée dans le cadre du plan de sauvetage de Chypre. Le président Nicos Anastasiades a répété, lors de la cérémonie de prestation de serment, que l'île méditerranéenne allait faire face à des "jours difficiles".

Cette période nécessitera "premièrement un travail collectif, deuxièmement de la cohérence et de la discipline fiscale et toutes ces mesures qui contribueront à faire redémarrer l'économie aussi vite que possible", a-t-il indiqué.

"Je n'ai aucun doute sur le fait que vous accomplirez votre tâche au mieux", a-t-il déclaré à M. Georgiades, un économiste de 40 ans qui occupait auparavant le poste de ministre du Travail.

Le gouvernement a mis en place mardi une commission chargée d'enquêter sur la façon dont l'île a été poussée au bord de la faillite, au point de devoir accepter un plan de sauvetage assorti de mesures draconiennes.

M. Sarris a dit avoir décidé de quitter son poste car l'enquête doit notamment se pencher sur la période pendant laquelle il a été président en 2012 la deuxième banque du pays, Laïki, mise en faillite dans le cadre du plan de sauvetage.

Un nouveau ministre du Travail a également prêté serment mercredi: Mme Zeta Emilianidou. Cette haut fonctionnaire du ministère du Commerce devient la première femme du gouvernement de M. Anastasiades.

Au bord de la faillite, Chypre a obtenu le 25 mars un plan de sauvetage international de 10 milliards d'euros, au prix d'une restructuration drastique de son système bancaire, qui va mettre largement à contribution les gros clients des deux grandes banques de l'île et risque d'avoir de graves conséquences pour l'économie du pays.

En savoir plus sur:

Nos partenaires