Le consommateur européen profite de l'économie chinoise anémiée

27/08/15 à 11:45 - Mise à jour à 31/08/15 à 06:38

Source: Belga

Les consommateurs européens profitent du ralentissement de la croissance économique que connait actuellement la Chine. Le prix du diesel est en baisse et les produits d'exportation chinois sont de moins en moins chers.

Le consommateur européen profite de l'économie chinoise anémiée

© REUTERS

Le prix du Brent a atteint son niveau le plus bas depuis mars 2009 ; le marché des voitures chinoises pesant sur les prix du pétrole. La croissance économique est ralentie en Chine et cela touche de plein fouet le secteur automobile. Depuis la mi-2015, les ventes des voitures sont en plein marasme. "Et cela a un impact sur la demande de pétrole", explique le porte-parole de BNP Paribas Fortis à l'agence de presse Reuters. "Le secteur automobile a été particulièrement touché en juillet. Les chiffres de vente ont chuté de 7%."

La situation de l'Iran ne signifie également rien de bon pour les producteurs de pétrole. Bijan Zanganeh, le ministre iranien du pétrole, a fait savoir mardi qu'il veut booster l'exportation de l'or noir, maintenant que les quotas ont été supprimés. Le Nigeria envisage également de dynamiser l'exportation du pétrole.

Fin de l'année dernière, l'Arabie Saoudite a déclenché une baisse des cours en ouvrant tout grand le robinet de l'or noir. Un dollar fort joue aussi en notre faveur, le prix du pétrole étant affiché en dollar.

Les prix du diesel chutent

Une offre excédentaire, une demande en baisse et un dollar fort sont une bonne nouvelle pour les consommateurs européens. Les prix du diesel et du mazout de chauffage ont chuté à leur niveau le plus bas depuis cinq ans. C'est ce que rapporte le SPF Economie. Le prix du diesel baisse ce jeudi de 3,7 cents pour atteindre 1,148 euro par litre. Depuis la semaine dernière, il est possible d'acheter du diesel dans certaines stations-services en Belgique pour moins de 1 euro par litre.

Pour le gasoil de chauffage, le prix maximum baisse ce jeudi de 4,69 cents pour atteindre 0,4922 euro par litre pour les commandes de plus de 2.000 litres. Pour les commandes inférieures à 2.000 litres, le prix maximum baisse de 4,68%, à 0,5185 euro par litre.

Mauvaise nouvelle pour les emprunts

Les produits d'exportation chinois sont de moins en moins chers, maintenant que la Chine a dévalué sa monnaie à plusieurs reprises. Ces interventions ont pour conséquences de mettre des pays concurrents, comme l'Indonésie et la Corée du Sud, sous pression afin qu'ils diminuent eux aussi les prix ou bien qu'ils dévaluent à leur tour leur monnaie. Différents spécialistes craignent qu'une guerre des dévaluations est imminente.

Cependant, tout n'est pas rose pour tout le monde. Beaucoup de pays européens courent le risque, à cause des prix des matières premières et de l'énergie en baisse, que l'inflation redémarre moins vite que prévu, ou même qu'une déflation survienne. Et c'est une mauvaise nouvelle pour les personnes qui ont un emprunt en cours. Leur charge de dette pèsera plus lourd à mesure que leur salaire augmentera moins vite ou pas du tout.

Normalement, la Banque Centrale Européenne (BCE) intervient lorsque la croissance économique ralentit trop fort, mais elle a déjà tout donné avec son programme étendu d'achats d'actifs (QE). Quant aux Etats-Unis, il y a de plus en plus de voix en faveur d'un report d'une première hausse des taux d'intérêt. L'ancien ministre américain des Finances Lawrence Summers suggérait via les médias sociaux que la Federal Reserve devrait à nouveau faire tourner la planche à billets. Une hausse des taux d'intérêt serait selon lui une énorme erreur. "Les forces déflationnistes l'emportent sur le risque d'une inflation galopante", prétend Summers.

En savoir plus sur:

Nos partenaires