Le commerce s'effondre entre la Chine et la Corée du Nord

12/01/18 à 10:14 - Mise à jour à 10:14

Source: Afp

La Corée du Nord a vu son commerce avec la Chine se détériorer encore en décembre, s'effondrant de moitié sur un an, selon des chiffres publiés par Pékin, qui témoignent de l'application par le géant asiatique des sanctions internationales drastiques contre Pyongyang.

Le commerce s'effondre entre la Chine et la Corée du Nord

© Belga

Sur le seul mois de décembre, le total des importations de la Chine en provenance de Corée du Nord s'est effondré de 81,6% sur un an, à quelque 54,3 millions de dollars, selon des chiffres de l'Administration des douanes chinoises.

Dans le même temps, les exportations du géant asiatique vers son voisin atteignaient 260 millions de dollars, soit une chute de 23,4% par rapport à décembre 2016, a précisé Huang Songping, porte-parole des Douanes lors d'une conférence de presse.

Le volume total des échanges commerciaux entre les deux pays a diminué de moitié (-50,6% sur un an) en décembre.

Sur l'ensemble de 2017, les exportations nord-coréennes vers la Chine ont plongé de 33%, à 1,72 milliard de dollars. En revanche, les exportations chinoises vers son turbulent voisin ont résisté, gonflant de 8,3% sur l'année.

Au fil de 2017, l'ONU a adopté à trois reprises des trains de sanctions économiques sévères contre Pyongyang, touchant notamment les secteurs du pétrole, du fer, du charbon, de la pêche et du textile -- avec pour objectif de contraindre le pays reclus à reprendre les discussions sur ses activités nucléaires et balistiques.

La Chine, principal soutien économique du régime de Kim Jong-Un et absorbant plus de 90% du commerce nord-coréen, assure appliquer strictement ces sanctions onusiennes.

Pour autant, Washington estime que Pékin pourrait intensifier encore la pression sur son voisin, notamment via un embargo pétrolier complet.

L'accélération des essais nucléaires et balistiques de Pyongyang a envenimé ses relations avec Pékin. Depuis son arrivée au pouvoir, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un n'a jamais effectué de visite en Chine ni rencontré son président, Xi Jinping.

Parallèlement aux sanctions, Pékin appelle inlassablement à une résolution pacifique de la crise et défend l'idée d'un "double moratoire" --suspension simultanée des essais nucléaires de Pyongyang et des manoeuvres militaires américano-sud-coréennes-- pour relancer les négociations. Ce à quoi Washington se refuse farouchement.

Nos partenaires