Le Belge de moins en moins entrepreneur dans l'âme

13/01/15 à 14:23 - Mise à jour à 14:25

Source: Communiqué

Le nombre de nouveaux entrepreneurs dans notre pays a diminué de 0,7% par rapport à 2013, selon une analyse du Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI) sur base des chiffres publiés par B-Information.

Le Belge de moins en moins entrepreneur dans l'âme

© istock

Le Belge aime la sécurité d'emploi et semble de plus en plus frileux à enfiler l'habit d'entrepreneur. Pour la 3e année consécutive, le nombre de nouvelles entreprises créées est en baisse dans notre pays avec une baisse de 0,7% en ce qui concerne la création d'entreprises en 2014 par rapport à 2013. En nombre d'entrepreneurs, ils étaient 74.723 à se lancer en 2013 contre 74.209 en 2014. Avec -8% en Wallonie et -1,3% pour Bruxelles, les entrepreneurs hésitent à lancer leur propre société. Seul "espoir", la Flandre qui affiche +1,7% de nouvelles entreprises par rapport à l'année précédente.

Cela fait trois ans que la création d'entreprises n'a plus le vent en poupe chez nous. Même pendant les années de crise, le nombre de start-ups créées avoisinait les 80.000 par an, aujourd'hui elles plafonnent à, à peine plus de 74.000...

Voici ce qui ressort de l'analyse du SNI (Syndicat Neutre pour Indépendants). Dans son communiqué le SNI avance trois "solutions" qui pourraient inverser cette situation. Premièrement, une meilleure protection sociale pour tous ceux qui entreprennent, car le manque de sécurité qu'offre le statut d'entrepreneur en fait hésiter plus d'un. Le SNI préconise que cette sécurité accrue pour le candidat entrepreneur devrait comprendre "une allocation d'incapacité de travail à partir du premier jour de maladie (et pas après un mois comme c'est le cas actuellement) ainsi qu'une assurance faillite et cessation qui, finalement, pourrait être considérée comme des allocations de chômage, qui créerait un filet de sécurité si quelque chose se passe mal". Deuxièmement, diminuer la pression fiscale et surtout diminuer les charges sociales qui pèsent sur les entrepreneurs. Finalement, l'enseignement a lui aussi un rôle à jouer. Un enseignement qui mettrait bien plus l'accent sur ce que c'est l'entreprenariat, et ce afin de (mieux) préparer les candidats entrepreneurs à ce qui les attend.

En savoir plus sur:

Nos partenaires