La Wallonie, grande perdante de la loi de financement ?

23/01/12 à 12:01 - Mise à jour à 12:01

Source: Trends-Tendances

Les experts s'arrachent les cheveux autour de la nouvelle loi de financement. Les négociateurs pensaient que le fédéral était le plus touché ; deux économistes de la KUL voyaient la Flandre en grande victime, suivie de près par la Wallonie. Selon la FGTB, c'est pourtant le sud du pays qui paiera le plus lourd tribut dans le futur.

La Wallonie, grande perdante de la loi de financement ?

© Belga

La FGTB a analysé, dans une étude approuvée jeudi dernier par son bureau, l'accord sur la révision de la loi de financement des entités du pays, rapporte lundi le quotidien Le Soir. Selon le syndicat socialiste, la Région wallonne disposera de 300 millions à 400 millions d'euros en moins qu'escompté à l'horizon 2022.

La FGTB évoque même un trou de 2 milliards d'euros en 2032. Fin septembre dernier, Thierry Bodson, secrétaire général de l'interrégionale wallonne, évaluait à 150 millions d'euros la perte pour le sud du pays : "Sur base des analyses que nous avons faites, la Wallonie perdra 150 millions à l'horizon 2025, affirmait-il alors. Il est vrai que, sur base de l'ancienne loi, la Wallonie perdait 350 millions. On pourrait dire qu'on a limité la casse, mais il n'en demeure pas moins que la Wallonie est la seule Région qui perdra dans le cadre de cette nouvelle loi de financement."

Qui perdra le plus avec la nouvelle loi de financement ?

La nouvelle loi sur le financement fera gagner à terme 272 euros par habitant à Bruxelles et 207 euros par habitant au fédéral, tandis que les autres entités y perdront par rapport à l'actuelle loi de financement, concluait récemment une étude menée par deux économistes de la KUL.

Les négociateurs étaient pourtant arrivés à la conclusion quasi inverse, avec une perte des moyens de l'Etat fédéral au profit des trois Régions. Ils tablaient sur l'impact conjugué de l'autonomie fiscale et de l'élasticité de l'impôt, estimée à entre 1,5 et 1,6 par la BNB.

Selon les calculs des économistes de Louvain, la Communauté française, qui ne perçoit pas d'impôt et n'est pas touchée par l'élasticité, perdrait 28 euros par habitant, la Wallonie 210 et la Flandre 289.

Les budgets des compétences régionalisées "bien en deçà de la croissance économique"

Dans l'accord, les négociateurs ont prévu un mécanisme de solidarité compensatoire pour les dix premières années de la réforme. Or, selon le syndicat, la situation pour la Région wallonne sera pire que prévue en raison de la non-indexation de ce mécanisme.

Par ailleurs, rejoignant l'étude de la KUL, la FGTB soutient que les paramètres retenus pour l'octroi aux Régions de l'élasticité (en vertu de laquelle les revenus de l'impôt augmentent plus rapidement que la croissance) ont été surévalués.

Enfin, le syndicat est également d'avis que les budgets des compétences régionalisées, qui ne seront que partiellement transférés, se situeront "bien en deçà de la croissance économique". Thierry Bodson appelle la Région à redresser au plus vite son économie : "Nous n'avons pas dix ans !"

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires