La Wallonie au secours du fédéral ? "Inacceptable !"

14/12/11 à 13:27 - Mise à jour à 13:27

Source: Trends-Tendances

L'idée fait grincer les dents des Verts wallons : le fédéral, qui fait face à des "tuiles budgétaires" inattendues, pourrait faire appel financièrement aux entités fédérées. "Inacceptable" pour Ecolo.

La Wallonie au secours du fédéral ? "Inacceptable !"

© Image Globe/Michel Krakowski

Ecolo n'acceptera pas d'efforts supplémentaires pour aider le fédéral, a fait savoir mercredi Bernard Wesphael, chef de groupe des Verts au Parlement wallon, au cours du débat sur le budget 2012. Et ce, alors même que, selon la Banque nationale, notre pays finira 2011 avec un déficit budgétaire atteignant 4,2 % de son PIB (lire ci-après).

Le député s'en est pris aux libéraux, absents des majorités dans les Régions et Communautés, qui voudraient que ces entités contribuent davantage à l'assainissement budgétaire : "Si ce dispositif devait être mis en place en Wallonie, autant dire que l'on peut oublier le redressement de notre Région !", a asséné le chef de groupe des Verts.

Le MR a regretté un budget qui ne prend pas la mesure de la nouvelle donne en Wallonie, appelée à supporter un transfert de compétences considérable. "Avons-nous aujourd'hui le budget qui correspond à cette situation exceptionnelle, qui a osé la rupture par rapport à certains investissements ? Notre conviction est que c'est non", a souligné Willy Borsus, qui a prédit un ajustement budgétaire dans un bref délai. A bien regarder les tableaux budgétaires, il apparaît d'ailleurs que les dépenses ont augmenté de 433 millions d'euros par rapport à l'an passé.

Dans les mois prochains, vu la détérioration de la croissance, le gouvernement devra peut-être trouver d'autres économies, a reconnu Maxime Prévot (cdH) : "Si tel devait être le cas, j'insiste pour que le gouvernement cherche prioritairement à faire un effort sur lui-même (par exemple, au niveau des crédits facultatifs ou autres allocations un peu disparates). Pour nous, des marges y existent encore."

Côté PS, Isabelle Simonis s'est réjouie des moyens budgétaires importants qui seront consacrés à certains domaines, comme l'emploi et la formation ou les pouvoirs locaux. En matière d'économies, il n'est pas question, pour les socialistes, que la fonction publique trinque, a-t-elle averti.

Des tuiles budgétaires pour l'équipe Di Rupo

La Belgique finira l'année 2011 avec un déficit budgétaire qui atteindra 4,2 % de son produit intérieur brut, soit 15,5 milliards d'euros, selon une estimation de la Banque nationale révélée mardi par L'Echo. Ce déficit est loin de l'objectif fixé (13,3 milliards d'euros, soit 3,6 % du PIB), convenu avec la Commission européenne.

Ce dérapage budgétaire serait à imputer à plusieurs facteurs, dont la liquidation du Holding Communal, le ralentissement de la croissance et le fait que le fisc rembourse de plus en plus tôt les contribuables.

Pour atteindre les objectifs fixés par la Belgique, parmi lesquels le retour à un déficit de 2,8 % en 2012, de nouvelles mesures budgétaires devraient dès lors être nécessaires.

Tuiles budgétaires : Chastel conforté dans sa volonté de discipline "sévère"

Les nouvelles estimations de la BNB renforcent la volonté d'Olivier Chastel, nouveau ministre du Budget, d'une discipline budgétaire "sévère" en matière de dépenses pour 2012, a indiqué mardi son cabinet.

Le ministre MR compte analyser ces chiffres qui "renforcent d'ores et déjà son opinion sur les orientations à prendre pour 2012". Discipline budgétaire "sévère" en matière de dépenses, vote rapide du budget 2012 à la Chambre, monitorings mensuels et contrôles budgétaires en mars, juillet, septembre et décembre, constituent les quatre grandes orientations du gouvernement pour l'an prochain, selon Olivier Chastel.

Le ministre annoncera en janvier les chiffres budgétaires définitifs de 2011.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires