La taxe sur les transactions financières divise l'Europe

08/11/11 à 14:44 - Mise à jour à 14:44

Source: Trends-Tendances

Les ministres européens des Finances ont étalé mardi leurs divisions sur la proposition de taxer les transactions financières, à l'occasion de leur premier débat formel sur le sujet.

La taxe sur les transactions financières divise l'Europe

© Image Globe

Soutenue par la Belgique, l'Allemagne, la France et l'Espagne, la TTF a été rejetée vigoureusement par le Royaume-Uni et la Suède. Le ministre britannique George Osborne a même demandé que la proposition soit retirée de la table sans délai.

Même si l'idée d'une "Taxe Tobin" est débattue depuis longtemps par la société civile et les politiques en Europe, elle n'a été coulée que récemment dans une proposition formelle par la Commission européenne. Le commissaire à la fiscalité, Algirdas Semeta, a présenté mardi les grandes lignes de son projet aux ministres des Finances des 27, qui en ont ensuite débattu - publiquement, comme le prévoit le traité de Lisbonne pour les débats législatifs.

La discussion a mis en évidence l'océan qui sépare les partisans et les opposants à la TTF, laquelle doit pourtant être adoptée à l'unanimité. Face à ces divergences, M. Osborne a demandé un vote rapide, qualifiant de "gaspillage d'argent" un débat voué à échouer selon lui.

"Est-ce vraiment la meilleure manière de passer notre temps ?" a-t-il demandé, après avoir rappelé les arguments défavorables à la taxe, comme le risque de délocalisation des activités financières et celui que le coût soit répercuté sur les clients des banques et les pensionnés.

Trends.be avec Belga

Nos partenaires