La récession s'est installée au Brésil: 6e chute consécutive du PIB

31/08/16 à 15:19 - Mise à jour à 15:19

Source: Afp

La récession s'est installée au Brésil, première économie d'Amérique latine, où le produit intérieur brut (PIB) a reculé de 0,6% au deuxième trimestre par rapport au précédent, alors que le pays s'apprête à tourner la page du gouvernement de gauche de Dilma Rousseff.

La récession s'est installée au Brésil: 6e chute consécutive du PIB

Une publicité pour un centre de soins médicaux, vestige du temps où Itaborai comptait plus de médecins que de patients. Il ne reste qu'un toubib aujourd'hui... © R. Fabres pour le Vif/L'Express

Il s'agit du sixième recul consécutif du PIB, selon les chiffres publiés mercredi par l'Institut brésilien de géographie et statistiques (IBGE, public).

Par rapport au deuxième trimestre de 2015, le recul du PIB est de 3,8%, a indiqué l'IBGE qui a révisé à la hausse le résultat du premier trimestre 0,3% à 0,4%.

Sur l'année le PIB accumule une chute de 4,6% et de 4,9% sur les quatre derniers trimestres, selon l'IBGE.

Pour 2016, les marchés et la Banque centrale prévoient un recul de l'activité économique de 3,2% au Brésil, proche de la prévision du Fonds monétaire international (FMI) qui table sur 3,3%.

La pire récession des dernières décennies a été aggravée par une crise politique qui va connaître son dernier acte ce mercredi: sauf coup de théâtre, les sénateurs voteront à Brasilia la destitution de Mme Rousseff pour maquillage des comptes publics au terme d'une procédure juridico-politique hautement controversée.

Michel Temer, 75 ans, ex vice-président de Mme Rousseff dont il a précipité la chute, assumera alors pleinement la présidence et son gouvernement marquera un virage à droite.

Il bénéficie de la bienveillance des marchés et du Parlement qui a déjà approuvé la révision de l'objectif budgétaire à 52 milliards de dollars en 2016. Il s'apprête à faire voter l'ajustement budgétaire qui avait été rejeté quand Mme Rousseff l'avait présenté.

M. Temer axera ses actions sur la relance de l'économie et devra faire approuver des mesures impopulaires comme la hausse des impôts et la réforme des retraites.

Nos partenaires