La R&D dans la santé stagne pour la première fois depuis des décennies

07/10/13 à 14:40 - Mise à jour à 14:40

Source: Trends-Tendances

Les dépenses de recherche et développement (R&D) dans le secteur de la santé ont stagné en 2011 en Europe pour la première fois après des décennies de croissance, ressort-il d'une étude réalisée par Deloitte pour le compte de la société pharmaceutique Janssen Pharmaceutica.

La R&D dans la santé stagne pour la première fois depuis des décennies

© ImageGlobe

Au total, les investissements de R&D dans l'UE se sont montés à 47 milliards d'euros en 2011, dont 60% viennent de l'industrie pharmaceutique, 38% des Etats-membres et 2% de budgets européens. Ces 47 milliards d'euros représentent 3% des dépenses totales en soins de santé dans l'UE. Pour la première fois, selon l'étude, les investissements privés en R&D ont stagné, à 29 milliards d'euros, les dépenses publiques en la matière reculant d'1%, à 18 milliards d'euros.

Les principaux pays investissant dans la recherche et développement liée à la santé sont l'Allemagne (9,4 milliards d'euros), la France (8,3), le Royaume-Uni (7,4), la Suisse (5,3) et l'Italie (2,4). La R&D en Belgique est surtout assurée par les entreprises pharmaceutiques (1,9 milliard d'euros), les pouvoirs publics investissant 496 millions d'euros. "Il y a de grandes différences entre les pays européens. Les cinq plus grands pays (Allemagne, Royaume-Uni, France, Espagne, Italie), la Belgique, le Danemark et la Suisse concentrent à eux seuls 85% des investissements privés de R&D liés à la santé en Europe", a souligné le Dr Omer Saka, de Deloitte, au cours d'une conférence de presse.

La stagnation de la R&D en Europe est préoccupante, juge-t-on chez Janssen Pharmaceutica, alors que les dépenses de soins de santé sur le Vieux continent devraient continuer à augmenter dans les prochaines années en raison notamment du vieillissement de la population. Or, la R&D permet non seulement d'améliorer les soins de santé, mais elle a aussi, in fine, un impact positif sur le coût des soins de santé et sur l'économie en général. "Nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas innover", a résumé Jane Griffiths, présidente de Janssen Europe, Moyen-Orient et Afrique.

Nos partenaires