La pauvreté, "problème criant" de l'économie russe

30/11/17 à 15:18 - Mise à jour à 15:18

Source: Afp

La pauvreté reste un "problème criant" de l'économie russe malgré le retour de la croissance, a estimé jeudi le Premier ministre Dmitri Medvedev, à quatre mois de la présidentielle.

La pauvreté, "problème criant" de l'économie russe

Medvedev et Poutine © Reuters

"La pauvreté est l'un des problèmes les plus criants de notre économie actuelle, qui constitue le résultat du développement insuffisant de l'économie", a déclaré M. Medvedev, lors d'une interview retransmise à la télévision.

"Il est très important que nous prenions des mesures concrètes destinées à la lutte contre la pauvreté", a-t-il ajouté, alors que se profile l'élection présidentielle en mars.

Le président Vladimir Poutine, qui sauf énorme surprise devrait briguer un quatrième mandat, a annoncé mardi une série de mesures de politique familiale. L'objectif est d'inciter les Russes à avoir plus d'enfants, dans un contexte de situation démographique se dégradant de nouveau après la grave crise suivant la chute de l'URSS.

La Russie a connu une lourde récession en 2015 et 2016, en raison de l'effondrement des cours du pétrole ainsi que des sanctions occidentales liées à la crise ukrainienne, qui a mis en difficulté de nombreux Russes confrontés à l'envolée des prix.

Le pays a retrouvé le chemin de la croissance en 2017 mais son économie reste plombée par des freins structurels et les effets tardent à se ressentir sur la population.

Dans un rapport publié mercredi, la Banque mondiale a affirmé que l'économie russe avait retrouvé une croissance modeste cette année, portée notamment par la conjoncture mondiale et la hausse des prix des hydrocarbures, mais souligné que le taux de pauvreté restait élevé.

"La baisse de l'inflation et la hausse des revenus réels ont mené à une diminution modeste du taux de pauvreté au premier semestre 2017 sur un an", souligne dans un rapport Andras Horvai, responsable de la Russie pour la Banque mondiale.

"Le taux de pauvreté actuel à 14,4% reste néanmoins élevé et la part de personnes vulnérables, qui pourraient tomber dans la pauvreté, est en hausse", rappelle-t-il, soulignant la nécessité d'un renforcement des mesures sociales dans le pays.

Le nombre de Russes considérés comme en position de sécurité économique, c'est à dire à l'abri de tomber dans la pauvreté, représente désormais moins de la moitié de la population. Cette proportion a chuté de 10 points de pourcentage entre 2014 et 2016, s'établissant à 46,3% de la population, selon la Banque mondiale.

Nos partenaires