La notation de la France menacée par la reforme des retraites ?

07/06/12 à 12:22 - Mise à jour à 12:22

Source: Trends-Tendances

Le Wall Street Journal critique jeudi le rétablissement de la retraite à 60 ans pour certains salariés par le gouvernement socialiste français, évoquant un risque pour la notation du pays.

La notation de la France menacée par la reforme des retraites ?

© Image Globe

Le nouveau gouvernement va permettre à certains salariés (environ 110.000) de continuer à partir à la retraite dès 60 ans, sans attendre les 62 ans prévus par la réforme du précédent président conservateur Nicolas Sarkozy votée en 2010.

"Abaisser l'âge de la retraite rapproche la France d'une nouvelle dégradation" de sa notation par les agences financières, prévient dans un éditorial le Wall Street Journal, pour qui cette réforme a été "la réalisation la plus importante de Nicolas Sarkozy en matière de politique intérieure".

"C'était plus d'un an avant que la France perde sa notation triple A et se déplace vraiment dans le camp "à risque"", ajoute-t-il.

L'agence de notation Standard & Poor's a retiré en janvier à la France sa note maximale "AAA". Sa concurrente Moody's l'a confirmée fin mai mais a laissé la perspective négative, signifiant qu'elle pourrait abaisser la note "à moyen terme".

Le Wall Street Journal évoque la "bombe budgétaire" qui menace les régimes de retraite en Europe en raison de l'allongement de la durée de vie et de la baisse de la natalité.

Il rappelle que quand le chancelier allemand Bismarck avait créé le premier système de sécurité sociale en 1889, l'âge de la retraite était fixé à 70 ans, quand les travailleurs en dépassaient rarement 50.

"Une dose de pragmatisme bismarckien serait appropriée à la fois pour M. Hollande et pour les syndicats qui applaudissent la décision de mercredi", juge le quotidien.

"Une fiscalité plus élevée pourrait aider à aplanir les chiffres durant un moment, mais au prix d'une hausse du coût du travail salarié et donc en endommageant la création d'emplois et la croissance",

souligne-t-il.

"A moins que les taxes sur les salaires n'atteignent des niveaux astronomiques, il s'avérera impossible sur la durée d'équilibrer un système dans lequel les retraités passent deux décennies à vivre de l'argent d'autres personnes".

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires