"La fraude fiscale coûte 150 euros par mois à chaque Belge"

17/05/10 à 16:32 - Mise à jour à 16:32

Source: Trends-Tendances

Selon une étude de l'ULB réalisée pour la FGTB, la fraude fiscale atteindrait 20 milliards d'euros - au moins - en Belgique. Elle coûterait donc 150 euros par mois à chaque Belge... et représenterait quelque 800 euros par mois en plus pour chaque pensionné. Aux yeux de Bernard Clerfayt, secrétaire d'Etat à la Lutte contre la fraude fiscale, pour lutter contre la fraude, il faut baisser les impôts...

"La fraude fiscale coûte 150 euros par mois à chaque Belge"

© Thinkstock

Le manque de recettes pour l'Etat belge découlant de la fraude fiscale doit être estimé à quelque 20 milliards d'euros, selon la FGTB. "Cela représente quelque 800 euros par mois en plus pour chaque pensionné, a souligné Rudy De Leeuw, président du syndicat socialiste, lors d'une conférence de presse lundi. Avec 10 milliards d'euros, soit la moitié des recettes non perçues, on pourrait déjà rencontrer notre proposition d'augmenter les pensions d'un quart !"

Deux méthodes de calcul, pour lesquelles la FGTB a fait appel à l'ULB, ont été employées. La première consiste à comparer les revenus des ménages avec les revenus des personnes physiques déclarés à l'administration fiscale. Pour 2006, les recettes non perçues sont de l'ordre de 20 milliards d'euros, soit environ 6 % du PIB, selon l'enquête.

La seconde méthode tient également compte de la fraude sociale en Belgique et consiste à comparer les taux théorique et effectif de la TVA. Le résultat de ce calcul chiffre les recettes fiscales et sociales non perçues à 24 milliards d'euros, soit 6,9 % du PIB.

Sur base de ces chiffres, la FGTB estime que la fraude coûte 150 euros par mois à chaque Belge et représente donc quelque 800 euros par mois en plus pour chaque pensionné. Afin de lutter efficacement contre la fraude fiscale, il faut, d'après le syndicat, adopter une administration fiscale plus efficace et concrétiser l'ensemble des recommandations de la Commission parlementaire sur la fraude fiscale.

Fraude fiscale à 20 milliards d'euros : "Il faut baisser les impôts !" (Clerfayt)

Pour lutter contre la fraude, il faut baisser les impôts, a affirmé lundi Bernard Clerfayt, secrétaire d'Etat à la Lutte contre la fraude fiscale. Avant la crise de 2008, la Banque nationale avait estimé la fraude fiscale et sociale à quelque 6,5 milliards d'euros, ce qui prouve qu'"aucune méthodologie d'estimation de la fraude n'est exempte de biais, comme le conclut l'ULB", a indiqué le secrétaire d'Etat.

Bernard Clerfayt a par ailleurs tenu à rappeler que l'économie souterraine ne relevait pas exclusivement de la fraude fiscale mais de toutes les activités non déclarées (travail au noir, activités domestiques, entraide familiale, services de voisinage, troc, prostitution, commerce illicite de la drogue ou traite des êtres humains) : "Si une partie de ces activités était combattue efficacement, le résultat en serait leur interruption et non leur fiscalisation !"

D'après lui, le département des Finances recueille 4 milliards d'euros par an de recettes complémentaires dans le cadre de ses actions de contrôle et de lutte spécifique contre la fraude fiscale.

Le secrétaire d'Etat à une nouvelle fois suggéré que l'ensemble des efforts de lutte contre la fraude soit consacré à réduire le coût exorbitant du travail en Belgique, première cause de la fraude au même titre que l'affaiblissement constaté du pouvoir d'achat des ménages face aux dépenses publiques, a-t-il insisté.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires