La croissance chinoise a ralenti à 6,9% au 3e trimestre

19/10/15 à 12:50 - Mise à jour à 12:50

Source: Belga

La croissance du PIB chinois a ralenti à 6,9% sur un an au troisième trimestre de l'année, selon un chiffre gouvernemental publié lundi, soit la plus faible performance trimestrielle de la deuxième économie mondiale depuis la crise financière de 2009.

La croissance chinoise a ralenti à 6,9% au 3e trimestre

© reuters

Le chiffre du Bureau national des statistiques (BNS) s'avère légèrement meilleur que la prévision médiane du panel d'experts interrogés par l'AFP, qui tablaient sur un ralentissement plus prononcé (+6,8%). La croissance du produit intérieur brut (PIB) chinois s'était établie officiellement à 7%, au premier trimestre puis au deuxième trimestre de l'année, après être tombée à 7,3% en 2014.

De nombreux experts jugent cependant les chiffres officiels surévalués par rapport au ralentissement véritable de l'économie, sur fond d'indicateurs d'activité toujours alarmistes.

De fait, la salve de statistiques mensuelles également dévoilées lundi continue de dresser un tableau très morose de la conjoncture. Si le BNS a décrit comme "léger" le ralentissement de la croissance, le porte-parole de cette agence gouvernementale a néanmoins reconnu que "l'environnement économique intérieur et extérieur restait compliqué" et que "des pressions à la baisse sur le développement économique persistaient".

Ainsi, la production industrielle du pays a essuyé en septembre un ralentissement très marqué, avec une hausse de 5,7% sur un an, très en-deçà du gonflement de 6,1% enregistré en août, a indiqué le BNS.

De leur côté, les ventes au détail, considérées comme le baromètre de la consommation des ménages chinois, n'ont connu qu'une très légère accélération, augmentant de 10,9% sur un an. Sur les neuf premiers mois de l'année, les investissements en capital fixe --qui traduisent notamment les investissements publics dans les infrastructures-- ont eux gonflé de 10,3% sur un an, ce qui suggère pour septembre un ralentissement sensible.

Les autorités chinoises vantent certes "la nouvelle normalité" d'une croissance ralentie, fruit de leurs efforts pour rééquilibrer l'économie vers la consommation intérieure, les services et les hautes technologies, au détriment de l'industrie lourde et des exportations.

Mais ces indicateurs décevants, confirmant les difficultés du principal moteur de la croissance planétaire, devraient aviver le vent d'inquiétude provoqué cet été par la débâcle spectaculaire des Bourses chinoises et une brutale dévaluation du yuan.

Ils devraient aussi renforcer la pression sur Pékin, encouragé à agir plus pour éviter un atterrissage brutal. La croissance du PIB chinois s'est établie à 6,9% sur les trois premiers trimestres de l'année, a ajouté le BNS. Pékin s'est officiellement fixé pour 2015 l'objectif d'une croissance d'"environ 7%" --ce qui serait son plus faible niveau depuis un quart de siècle.

En savoir plus sur:

Nos partenaires